Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Zacharie 11

Dieu abat les puissants

1 Liban, ouvre tes portesf, et que le feu dévoreg | tes cèdres magnifiques !

2 Lamente-toi, cyprès, | car le cèdre est tombé, les plus majestueux | ont été abattus. Gémissez, chênes du *Basanh, car la forêti si dense | a été abattuej.

3 On entend les bergers gémir, car ce qui faisait leur orgueil | a été dévasté. On entend les lionceaux rugirk, car les forêts touffues | faisant la fierté du *Jourdain | ont été abattuesl.

Les bons et les mauvais bergers

4 L’Eternel mon Dieu dit : – Sois le berger du troupeau voué au carnagem.

5 Ceux qui achètent les brebis les tuent impunément, ceux qui les vendent s’écrient : « Loué soit l’Eternel ! Je me suis enrichi ! », tandis que leurs propres bergers n’ont aucune pitién pour elles.

6 Désormais, moi aussi, je n’aurai plus pitié des habitants de ce pays, l’Eternel le déclare. Je livrerai les hommes aux mainso les uns des autres et entre les mains de leur roi. Ils saccageront le pays et je ne délivrerai pas les brebis de leur oppressionp.

7 Je me mis donc à faire paître les brebis destinées au carnageq, et surtout les plus misérables du troupeau. Je pris deux houlettes, je nommai l’une Grâce, et l’autre Union. Puis je me mis à faire paître les brebis du troupeau.

8 J’éliminai en un mois leurs trois bergers. Mais je perdis patience avec elles, et elles, de leur côté, s’étaient lassées de moir.

9 Et je dis au troupeau : – Je ne vous ferai plus paître. Celle qui doit périr, eh bien qu’elle périsses ! Celle qui doit disparaître, eh bien qu’elle disparaisse ! Quant à celles qui resteront, qu’elles se dévorentt entre elles !

10 Puis je pris ma houlette que j’avais nommée Grâcea et je la brisai pour annulerb l’alliance que j’avais conclue avec tous les peuples.

11 Elle fut donc annulée ce jour-là. Alors les brebis les plus misérables du troupeau qui m’observaient comprirent que c’était la volonté de l’Eternel.

12 Et je leur déclarai : – Si vous le jugez bon, donnez-moi mon salaire, sinon, n’en faites rien. Ils me donnèrent pour salaire trente sicles d’argentc.

13 Et l’Eternel me dit :  Jette-le au potier, ce joli prix auquel j’ai été estimé ! Je pris les trente siclesd d’argent et je les jetai dans le Temple de l’Eternel pour le potiere.

14 Puis je brisai ma seconde houlette, celle que j’avais nommée Union, pour signifier la rupture de la fraternité entre Juda et Israël.

15 L’Eternel me dit encore :  Procure-toi maintenant l’attirail d’un berger qui sera *insensé,

16 car je vais susciter dans le pays un berger qui ne s’inquiétera pas des brebis qui se sont écartées, il n’ira pas à la recherche des plus jeunes, il ne soignera pas celles qui sont blessées, ne nourrira pas celles qui se portent bien ; mais il mangera la chair de celles qui sont grasses et il leur brisera les sabots.

17 Malheur au berger insenséf qui abandonne son troupeau! Que l’épée lacère son brasg et lui crève l’œil droit! que son bras se dessèche, | oui, se dessèche ! Que son œil droit s’éteigneh, | s’éteigne bel et bien !