Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Ruth 3

La demande de Ruth

1 Noémi, la belle-mèreq de Ruth, lui dit un jour : – Ma fille, je ne veux pas négliger de te chercher une situationr qui te rende heureuse.

2 Tu sais que Booz, avec les servantes duquel tu as travaillé, est notre parents. Ce soir il doit vanner l’orge amassée dans l’airet.

3 Lave-toiu donc et parfume-toiv, puis mets tes plus beaux habitsw et rends-toi à l’aire où il bat son orge. Mais ne fais pas connaître ta présence avant qu’il ait fini de manger et de boirex.

4 Quand il se couchera pour dormir, note bien l’endroit où il s’installe, approche-toi, écarte la couverture pour lui découvrir les pieds et puis, couche-toi là. Il te dira alors ce que tu devras faire.

5 Ruth lui répondit : – Je ferai tout ce que tu me disy.

6 Elle descendit dans l’airez et suivit toutes les instructions de sa belle-mère.

7 Booz mangea et but et il fut très contenta, puis il alla se coucher au bord du tas d’orgeb. Alors Ruth s’approcha tout doucement, elle écarta la couverture pour découvrir ses pieds et se coucha là.

8 Au milieu de la nuit, Booz eut un frisson, il se pencha en avant et s’aperçut qu’une femme était couchée à ses pieds.

9 Qui es-tu ? lui demanda-t-il. – Je suis Ruth, ta servante. Veuille me prendre sous ta protectionc car, en tant que proche parent, tu es responsable de moid.

10 Que l’Eternel te bénissea, ma fille, lui dit-il. Ce que tu viens de faire est une preuve d’amourb envers ta belle-mère encore plus grande que ce que tu as déjà fait. En effet, tu aurais pu courir après les jeunes hommes, qu’ils soient pauvres ou riches.

11 Maintenant, ma fille, ne t’inquiète pas : je ferai pour toi tout ce que tu demandes, car tous les gens de l’endroit savent que tu es une femme de valeurc.

12 Il est vrai que j’ai envers toi la responsabilité d’un proche parentd, mais il existe un parent plus direct que moie.

13 Passe ici la fin de la nuit, et demain matin nous verrons si cet homme veut s’acquitterf envers toi de sa responsabilité de proche parent. Si oui, qu’il le fasse. S’il refuse, je te promets, aussi vrai que l’Eternel est vivantg, que je m’en acquitterai envers toih. En attendant, reste couchée jusqu’au matin !

14 Elle resta couchée à ses pieds jusqu’au matin, puis elle se leva au petit jour avant que l’on puisse se reconnaître, car Booz avait dit : Il ne faut pas que l’on sachei qu’une femme est venue sur l’airej.

15 Avant qu’elle parte, il lui dit : – Donne la capek que tu portes, tiens-la bien ! Elle la tint ainsi, et il y versa vingt-cinq litres d’orge et l’aida à les charger sur elle, puis elle rentra à la ville.

16 Quand elle arriva chez sa belle-mère, celle-ci lui demanda : – Comment les choses se sont-elles passées, ma fille ? Alors Ruth lui raconta tout ce que cet homme avait fait pour elle.

17 Elle ajouta : – Il m’a même donné ces vingt-cinq litres d’orge, car il m’a dit : « Tu ne retourneras pas les mains vides auprès de ta belle-mère. »

18 Noémi lui dit : – Maintenant, ma fille, reste là jusqu’à ce que tu saches comment les choses tourneront, car cet homme ne se donnera aucun répit avant d’avoir réglé cette affairel aujourd’hui.