Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Romains 4

L’exemple d’Abraham et de David

1 Prenons l’exemple d’*Abraham, l’ancêtrep de notre peuple, selon la descendance physique. Que pouvons-nous direq à son sujet ? Quelle a été son expérience ?

2 S’il a été déclaré juste en raison de ce qu’il a fait, alors certes, il peut se vanter. Mais ce n’est pas ainsi que Dieur voit la chose !

3 En effet, que dit l’Ecriture ? Abraham a eu *confiance en Dieu, et Dieu, en portant sa foi à son crédit, l’a déclaré justes.

4 Si quelqu’un accomplit un travail, on lui compte son salaire non pas comme si on lui faisait une faveurt, mais d’après ce qui lui est dû.

5 Et si quelqu’un n’accomplit pas d’œuvre mais place sa confiance en Dieu qui déclare justes les pécheurs, Dieu le déclare justeu en portant sa foi à son crédit.

6 *David exprime aussi de la même manière le bonheur de l’homme que Dieu déclare juste sans qu’il ait produit d’œuvres pour le mériter :

7 Heureux ceux dont les fautes ont été pardonnées et dont les péchés ont été effacés.

8 Heureux l’homme au compte de qui le Seigneur ne porte pas le péchév.

9 Ce bonheur est-il réservé aux seuls *circoncis, ou est-il aussi accessible aux incirconcisa ? Nous venons de le dire : Abraham a été déclaré juste par Dieu qui a porté sa foi à son créditb.

10 A quel moment cela a-t-il eu lieu ? Quand il était circoncis ou quand il était encore incirconcis ? Ce n’est pas quand il était circoncis, mais quand il ne l’était pas encore.

11 Et Dieu lui donna ensuite le signe de la circoncision comme sceau de la justice qu’il avait déjà reçue par la foi avant d’être circoncisc. Il est devenu ainsi le pèred de tous ceux qui croiente sans être circoncisf pour qu’eux aussi soient déclarés justes par Dieu de la même manière.

12 Il est aussi devenu le père des circoncis qui ne se contentent pas d’avoir la circoncision, mais qui suivent l’exemple de la foi que notre père Abraham a manifestée alors qu’il était encore incirconcisg.

13 Car la promesseh de recevoir le mondei en héritage a été faite à Abraham et à sa descendance non parce qu’il avait obéi à la *Loi, mais parce que Dieu l’a déclaré juste à cause de sa foij.

14 En effet, s’il faut être sous le régime de la Loi pour avoir droit à cet héritage, alors la foi est sans objet et la promesse est annuléek.

15 Car la Loi produit la colèrel de Dieum. Or, là où il n’y a pas de Loi, il n’y a pas non plus de transgressionn.

16 Voilà pourquoi l’héritage est promis à la foi : c’est pour qu’il soit un don de la grâceo. Ainsi, la promesse se trouve confirméep à toute la descendance d’Abraham, c’est-à-dire non seulement à celle qui est sous le régime de la Loi, mais aussi à celle qui partage la foi d’Abraham. Il est notre père à tousq,

17 comme le dit l’Ecriture : Je t’ai établi pour être le père d’une multitude de peuplesr. Placé en présence de Dieu, il mit sa confiance en celui qui donne la vies aux morts et appellet à l’existence ce qui n’existe pasu.

18 Alors que tout lui interdisait d’espérer, il a espéré et il a cru. Ainsi il est devenu le père d’une multitude de peuplesv conformément à ce que Dieu lui avait dit : Ta descendance sera nombreusew.

19 Il considéra son corps, qui était comme mortx – il avait presque cent ansy – et celui de Sara, qui ne pouvait plus donner la viez, et sa foi ne faiblit pas.

20 Au contraire : loin de mettre en doute la promesse et de refuser de croire, il trouva sa forcea dans la foi, en reconnaissant la grandeur de Dieub

21 et en étant absolument persuadé que Dieu est capable d’accomplirc ce qu’il a promisd.

22 C’est pourquoi, Dieu l’a déclaré juste en portant sa foi à son crédite.

23 Or si cette parole : Dieu a porté sa foi à son crédit a été consignée dans l’Ecriture, ce n’est pas seulement pour Abraham.

24 Elle nous concerne nous aussia. Car la foi sera aussi portée à notre crédit, à nous qui plaçons notre confiance en celuib qui a ressuscité des morts Jésus notre Seigneurc ;

25 il a été livré pour nos fautesd, et Dieu l’a ressuscité pour que nous soyons déclarés justese.