Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Néhémie 5

Néhémie règle le problème des injustices sociales

1 A cette époque, des hommes du peuple et leurs femmes se plaignirent vivement de certains de leurs compatriotes juifs.

2 Certains disaient : – Nous avons beaucoup de fils et de filles, nous voudrions recevoir du blé pour manger et survivre.

3 D’autres déclaraient : – Nous sommes obligés de donner nos champs, nos vignes et même nos maisons en gagea pour nous procurer du blé lorsqu’il y a une famineb.

4 D’autres encore se plaignaient : – Nous devons emprunter de l’argent en hypothéquant nos champs et nos vignes pour payer l’impôtc impérial.

5 Et pourtant, nous sommes bien de la même raced que nos compatriotes : nos enfants ne sont pas différents des leurs ; et voici que nous en sommes réduits à vendre nos fils et nos filles comme esclavese : certaines de nos filles ont déjà été réduites à l’esclavage et nous sommes impuissants à les défendre, car déjà nos champs et nos vignes appartiennent à d’autresf.

6 Lorsque j’entendis leurs plaintes et toutes ces réclamations, je fus saisi d’une violente colère

7 et je pris la décision d’adresser de vifs reproches aux notables et aux chefs du peuple. Je leur dis : – Quand vous prêtez de l’argent à vos compatriotes, vous leur demandez des intérêtsg ! Je convoquai une grande assemblée pour traiter leur cas.

8 Je leur déclarai : – Dans la mesure de nos moyens, nous avons rachetéh nos compatriotes juifs vendus comme esclaves à des étrangers. Et maintenant vous vendez vous-mêmes vos compatriotes, et cela à des gens de notre peuple. Ils ne trouvèrent rien à répondrei et gardèrent le silence.

9 J’ajoutai : – Ce que vous faites là n’est pas bien. Ne devriez-vous pas vivre comme des gens qui révèrent notre Dieu pour ne pas donner aux païens, nos ennemis, l’occasion de nous couvrir de hontej ?

10 Moi aussi, mes proches et mes collaborateurs, nous leur avons prêté de l’argent et du blé. Remettons-leur donc cette dettek !

11 Rendez-leur aujourd’hui même leurs champs, leurs vignes, leurs oliviers et leurs maisons, et remettez-leur la part de l’argent, du blé, du vin et de l’huile que vous avez exigée d’eux comme intérêtl.

12 Ils répondirent : – Nous ferons ce que tu demandes, nous rendrons ce que nous avons pris et nous n’exigerons rien d’eux. Alors j’appelai les prêtres devant lesquels je fis prêter sermentm à ces gens d’agir comme ils l’avaient dit.

13 Puis je secouain les pans de mon vêtement en déclarant : – Que Dieu secoue de cette manière loin de sa maison et de ses biens celui qui n’aura pas tenu cette promesse et qu’ainsi il soit secoué et laissé sans rien ! Toute l’assemblée répondit : Ameno ! et loua l’Eternel. Et le peuple se conforma à la décision prise.

14 Depuis le jour où j’avais été nommé gouverneurp de la province de Juda, c’est-à-dire depuis la vingtième année jusqu’à la trente-deuxième année du règne d’Artaxerxèsq, soit pendant douze ans, ni moi ni mes proches nous n’avons vécu des revenus dus au gouverneur.

15 Mes prédécesseurs dans cette charge avaient pressuré le peuple, exigeant qu’on leur remette chaque jour, outre le pain et le vin, quarante pièces d’argent. Même leurs fonctionnaires exerçaient leur domination sur le peuple. Pour moi, je n’ai jamais agi de la sorte, car je révérais Dieua.

16 Au contraireb, j’ai travaillé personnellement à la réparation de la muraille et mes collaborateurs se sont aussi mis à l’œuvre, et nous n’avons jamais acheté de terres.

17 D’autre part, j’ai reçu régulièrement à ma table cent cinquante chefs juifs, sans compter ceux qui venaient vers nous des nations environnantes.

18 Chaque jour, on apprêtait pour cela un taureau, six moutons de choix et des volaillesc, et tous les dix jours, on me livrait de grandes quantités de vin. Malgré cela, je n’ai pas demandé les revenus alloués au gouverneur car je savais que les travaux pesaient lourdement sur le peuple.

19 Tiens compte de moid, ô mon Dieu, et accorde-moi ta bienveillance à cause de tout ce que j’ai fait pour ce peuple !