Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Matthieu 9

Jésus guérit un malade et pardonne ses péchés

(Mc 2.1-12 ; Lc 5.17-26)

1 Jésus monta dans une barque, traversa le lac et se rendit dans sa villeb.

2 On lui amena un paralyséc couché sur un brancard. Lorsqu’il vit quelle foid ces gens avaient en lui, Jésus dit au paralytique : – Prends couragee, mon enfant, tes péchés te sont pardonnésf.

3 Là-dessus, quelques *spécialistes de la Loi pensèrent en eux-mêmes : « Cet homme *blasphèmeg ! »

4 Mais Jésus connaissaith leurs pensées. Il leur dit : – Pourquoi avez-vous ces mauvaises pensées en vous-mêmes ?

5 Qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire : « Tes péchés te sont pardonnés » ou dire : « Lève-toi et marche » ?

6 Eh bien, vous saurez que le *Fils de l’hommei a, sur la terre, le pouvoir de pardonner les péchés. Alors il dit au paralysé : – Je te l’ordonne : lève-toi, prends ton brancard et rentre chez toi.

7 Le paralysé se leva et s’en alla chez lui.

8 En voyant cela, les foules furent saisies de frayeur et rendirent gloire à Dieuj qui avait donné aux hommes un si grand pouvoir.

Jésus est contesté

(Mc 2.13-22 ; Lc 5.27-39)

9 Jésus s’en alla. En passant, il vit un homme installé au poste de péage. Son nom était Matthieu. Il lui dit : – Suis-moik ! Matthieu se leva et le suivit.

10 Un jour, Jésus était à table chez Matthieu. Or, beaucoup de *collecteurs d’impôts et de pécheurs notoires étaient venus et avaient pris place à table avec lui et ses *disciples.

11 En voyant cela, les *pharisiens interpellèrent ses disciples : – Comment votre maître peut-il s’attabler de la sorte avec des collecteurs d’impôts et des pécheursl notoires ?

12 Mais Jésus, qui les avait entendus, leur dit : – Les bien-portants n’ont pas besoin de médecin ; ce sont les malades qui en ont besoin.

13 Allez donc apprendre quel est le sens de cette parole : Je désire que vous fassiez preuve d’amour envers les autresm plutôt que vous m’offriez des sacrifices. Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheursn.

14 Alors les disciples de Jeana vinrent trouver Jésus et lui demandèrent : – Comment se fait-il que tes disciples ne jeûnent pas, alors que nousb, comme les pharisiens, nous le faisons souvent ?

15 Jésus leur répondit : – Comment les invités d’une noce pourraient-ils être tristes tant que le marié est avec euxc ? Le temps viendra où celui-ci leur sera enlevé. Alors ils jeûnerontd.

16 Personne ne rapièce un vieux vêtement avec un morceau d’étoffe neuve, car la pièce rapportée arracherait une partie du vieux manteau et la déchirure serait pire qu’avant.

17 De même, on ne verse pas dans de vieilles *outres du moût qui fermente, sinon le vin nouveau les fait éclater, il se répand et les outres sont perdues. Non, on met le vin nouveau dans des outres neuves. Ainsi le vin et les outres se conservent.

Plus fort que la maladie et la mort

(Mc 5.21-43 ; Lc 8.40-56)

18 Pendant que Jésus leur disait cela, un responsable juif arriva, se prosternae devant lui et lui dit : – Ma fille vient de mourir : mais viens lui imposer les mainsf, et elle revivra.

19 Jésus se leva et le suivit avec ses disciples.

20 A ce moment, une femme qui souffrait d’hémorragies depuis douze ans, s’approcha de lui par derrière et toucha la frange de son vêtementg.

21 Elle se disait : « Si seulement j’arrive à toucher son vêtement, je serai guérie. »

22 Jésus se retourna et, quand il l’aperçut, il lui dit : – Prends courageh, ma fille : parce que tu as eu foii en moi, tu es guérie. A l’instantj même, la femme fut guérie.

23 Lorsque Jésus arriva à la maison du responsable juif, il vit des joueurs de flûtes et toute une foule agitéek.

24 Alors il leur dit : – Retirez-vous, la fillette n’est pas mortel, elle est seulement endormiem. Mais les gens se moquaient de lui.

25 Lorsqu’il eut fait mettre tout le monde dehors, il entra dans la chambre, prit la main de la jeune fille, et elle se levan.

26 La nouvelle de ce qui s’était passé fit le touro de toute la contrée.

27 Lorsque Jésus partit de là, deux aveugles le suivirent en criant : – *Fils de Davidp, aie pitiéq de nous !

28 Lorsqu’il fut arrivé à la maison, les aveugles s’approchèrent de lui. Il leur dit : – Croyez-vous que j’ai le pouvoir de faire ce que vous me demandez ? – Oui, Seigneur, lui répondirent-ilsr.

29 Alors il leur toucha les yeux en disant : – Qu’il vous soit fait selon votre fois !

30 Et aussitôt, leurs yeux s’ouvrirent. Jésus ajouta d’un ton sévère : – Attention, veillez à ce que personnet n’apprenne ce qui vous est arrivé.

31 Mais, une fois dehors, ils se mirent à raconteru dans toute la région ce que Jésus avait fait.

Par quel pouvoir ?

32 Mais alors que les deux hommes sortaient, on amena à Jésus un homme qui était sous l’emprise d’un démon qui le rendait muetv.

33 Jésus chassa le démon et le muet se mit à parler. La foule était émerveillée et disait : – Jamais on n’a rien vu de pareilw en *Israël !

34 Mais les pharisiens, eux, déclaraient : – C’est par le pouvoir du chef des démons qu’il chasse les démonsx.

La moisson et le choix des Douze

(Mc 6.34 ; Lc 10.2)

35 Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages pour y donner son enseignement dans leurs *synagogues. Il proclamait la Bonne Nouvelle du règne de Dieu et guérissait toute maladiea et toute infirmité.

36 En voyant les foules, il fut pris de pitiéb pour elles, car ces gens étaient inquiets et abattus, comme des brebis sans bergerc.

37 Alors il dit à ses *disciples : – La moissond est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreuxe !

38 Demandez donc au Seigneur, à qui appartient la moisson, d’envoyer des ouvriers pour la rentrer.