Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Lamentations de Jéremie 1

PREMIÈRE ÉLÉGIE : JÉRUSALEM ABANDONNÉE À SES ENNEMIS

La cité endeuillée

1 Comme elle reste solitairea la cité qui, naguère, | était si populeuseb ! Elle est comme une veuvec ! Elle qui était importanted | au milieu des nations, princesse des provinces, elle est astreinte à la corvéee !

2 Tout au long de la nuit, | elle pleuref, et ses larmes ruissellent sur ses joues. De tous ceux qui l’aimaientg, aucun ne la console : tous ses compagnons l’ont trahieh et ils sont devenus ses ennemisi.

3 Juda s’en est allé | dans un pays d’exilj, | accablé de misère, soumis à un dur esclavage. Le voici qui habite | chez les nations sans trouver la tranquilliték. Tous ceux qui le pourchassent | l’atteignentl au milieu des détresses.

4 Les chemins de *Sion | sont plongés dans le deuilm parce qu’il ne vient plus personne | pour célébrer la fête. Ses portes sont en ruinen, ses prêtres se lamentent, ses jeunes filles | sont affligées, la ville est remplie d’amertumeo.

5 Ses ennemis triomphent, ses adversaires sont heureux, car l’Eternel l’a affligéep pour ses nombreux péchésq, ses petits enfants sont partis dans la captivitér, | poussés par l’oppresseurs.

6 La communauté de Siont | a été dépouillée de toute sa splendeur. Ses ministres sont devenus | semblables à des cerfs qui ne trouvent pas de pâture, qui fuientu à bout de forces devant ceux qui les traquent.

7 Aux jours de son humiliation et de sa vie errante, Jérusalem | se souvient des trésors qu’elle avait autrefois, maintenant que son peuple | est, tout entier, tombé | aux mains de l’oppresseur sans qu’il y ait personne | qui vienne à son secoursv. Les ennemis la voient et font des gorges chaudesw | au sujet de sa destruction.

8 Voici Jérusalem | a gravement péchéx, c’est pourquoi elle est devenue | comme un déchety. Tous ceux qui l’honoraient, | maintenant la méprisent, car ils ont vu sa nuditéz. Elle-même en gémita | et se détourne.

9 Sa souillure apparaît | sur les pans de sa robe. Elle n’a pas songé | à ce qui s’ensuivraitb. Elle est tombéec, | sa chute est étonnante et nul ne la consoled. « O Eternel, dit-elle, | vois mon humiliatione, car l’ennemi triomphe. »

10 L’ennemi a pillé tous ses objets précieuxf, elle a vu les nations pénétrer dans son sanctuaireg. Pourtant, tu avais dit : « Elles n’entreront pash | dans ta communauté. »

11 Tout son peuple gémiti en recherchant du painj. Il donne ses trésors | contre des aliments pour reprendre des forces. « Vois, Eternel, dit-elle, | et considère l’abjection où je suis. »

Les plaintes de Jérusalem

12 N’êtes-vous pas touchés, ô vous tous qui passezk ? Regardez et voyez s’il est une douleur | comparablea à la mienne qui me fait tant souffrir. L’Eternel me l’a infligée au jour de sa colèreb ardente.

13 D’en haut, il a lancé un feu qui m’a pénétré jusqu’aux osc, il a tendu | un filetd sous mes pieds : il m’a fait reculer et il a fait de moi | une femme esseuléee, accabléef tout le jour.

14 Il a lié le jougg | que composent mes crimes, c’est sa main qui les a noués : ils pèsent sur mon cou. Il a sapé ma force. Le Seigneur m’a livréeh | au pouvoir d’hommes auxquels je ne peux résister.

15 Oui, le Seigneur a repoussé | tous les vaillants guerriers qui étaient dans mes mursi, et il a fixé contre moi | un rendez-vousj dans le but de briser | mes jeunes gensk. Le Seigneur a foulél | comme dans un pressoirm la population de Judan.

16 Pour tout cela, je pleure ; j’éclate en longs sanglotso, car le consolateur | qui ranimerait mon couragep et loin de moi. Mes fils sont tous plongés | dans la désolation, car l’ennemi | a été le plus fortq.

17 *Sion étend les mainsr, mais nul ne la console. L’Eternel a donné des ordres, aux adversairess de Jacob, | pour qu’ils l’encerclent. Jérusalem est devenue un déchett à leurs yeux.

18 Mais l’Eternel est justeu, car j’ai été rebellev | à ses commandements. Ecoutez, je vous prie, | vous, tous les peuples,et voyez ma douleurw : mes jeunes filles, | mes jeunes gens sont partis en captivitéx.

19 J’ai fait appel à mes amantsy, mais eux ils m’ont trahie. Mes prêtres et mes dirigeants ont périz dans la ville en cherchant de la nourriture pour reprendre des forces.

20 Regarde, ô Eternel, | je suis dans la détressea ; tout mon être intérieur | est en bouillonnement. Mon cœur chavire en moib parce que je me suis | gravement révoltéec. Tandis qu’à l’extérieur | l’épée me prive | de mes enfants, dans la maison | c’est comme chez la mortd.

21 On entend mes soupirse, mais nul ne me consolef et tous mes ennemis, | apprenant mon malheur, sont dans la joieg, | car c’est toi qui as fait cela. Fais donc venir le jourh | que tu as annoncé, et que mes ennemis | deviennent comme moi !

22 Oh oui, tiens compte | de leur méchanceté, et traite-les comme tu m’as traitée pour punir mes forfaitsi, car il n’y a de cesse | à mes gémissementsj, mon cœur est affligé.