Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Job 30

Job évoque sa condition présente

1 Mais hélas, aujourd’hui | me voilà la riséed  | de gamins dont les pères étaient si méprisables que je n’aurais daigné | les mettre avec mes chiens | pour garder mon troupeau.

2 D’ailleurs, qu’aurais-je fait | des efforts de leurs bras ? Leur vigueur s’en allait :

3 épuisés par la faim | et par les privations, ils rôdaient dans la steppee lugubre et isoléef .

4 Ils arrachaient l’herbe saléeg  | au milieu des buissons, ils prenaient les racines | du genêth comme pain.

5 Ils ont été chassés | du milieu de leur peuple, on criait après eux | comme après des voleurs.

6 Ils hantaient les cavernes | au flanc des précipices, ils logeaient dans des grottes | ou des trous de la terrei .

7 Au milieu des épines | retentissaient leurs crisj , ils se couchaient | à l’abri des broussaillesk .

8 Ces êtres *insensésl  | et innommables ont été refoulés | hors du paysm .

9 Me voici devenu | l’objet de leurs chansonsn , celui dont tous se moquento .

10 Ils ont horreur de moip , | et s’éloignent de moi, ou bien, sans hésiter, | me crachent au visageq .

11 Car il a détendu | la corde de mon arcr , | et il m’a humiliés . Aussi n’ont-ils plus envers moi | la moindre retenuet .

12 Ils sont nombreux, | à ma droiteu , ils se lèventv  | et me font lâcher piedw , ils se fraient un accès | jusqu’à moi pour me perdrex .

13 Ils coupent ma retraitey , | travaillant à ma ruinez , sans avoir besoin d’aide.

14 Ils arrivent sur moi | par une large brèchea , et ils se précipitent | au milieu des décombres.

15 La terreurb m’envahitc , ma dignité s’évanouit ; | comme en un coup de vent, mon bonheur a passé, | chassé comme un nuaged .

16 Et maintenant, ma vie s’échappee . Car des jours d’affliction | ont fondu sur mon êtref .

17 La nuit perce mes os, | je suis écartelé, et le mal qui me ronge | ne prend pas de reposg .

18 Avec toute sa forceh , | il s’agrippe à mon vêtement, comme un col, il m’enserre.

19 Dieu m’a précipité | au milieu de la fangei , et je ne vaux pas mieux | que poussière et que cendrej .

20 De mes cris je t’implorek , | et tu ne réponds pasl . Je me tiens devant toi | et tu ne fais rien d’autre | que de me regarder.

21 Tu as changé ! | Tu t’es rendu cruelm  | à mon égard ! De ta mainn vigoureuse, | tu t’acharneso sur moi !

22 Tu m’as fait enlever | sur les chevaux du ventp , et tu me fais tanguer | au sein de l’ouraganq .

23 Je ne le sais que trop : | tu me mènes à la mortr , au lieu de rendez-vous | de tout être vivants .

24 Mais celui qui péritt  | n’étend-il pas la main ? Celui qui est dans le malheuru  | ne crie-t-il pas ?

25 Je pleurais autrefois | avec ceux dont la vie est durea , et je compatissais | à la peine du pauvreb .

26 J’espérais le bonheur, | et le malheur est arrivé, j’attendais la lumière | et les ténèbresc sont venues.

27 Tout mon être intérieur | bouillonne sans relâched . Des jours d’humiliation | sont venus m’affrontere .

28 Je m’avance, l’air sombref , | et sans voir le soleil. Au milieu de la foule | je me dresse et je hurleg .

29 C’est comme si j’étais | un frère du chacalh ou un compagnon de l’autruchei .

30 Ma peau noircitj sur moi, mes os sont consumés | par le feu de la fièvrek .

31 Ma lyre ne sert plus | que pour des airs funèbresl , ma flûtem n’accompagne | que le chant des pleureurs.