Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Jérémie 8

1 A ce moment-là, l’Eternel le déclare, on sortiran de leurs tombeaux les ossementso des rois de Juda, ceux de ses ministres, ceux des prêtres, ceux des prophètes et ceux des habitants de Jérusalem.

2 On les exposera face au soleil, à la lune et à tous les astres du ciel, ces astres qu’ils ont adorés p, auxquels ils ont rendu un culte, qu’ils ont suivis, qu’ils ont consultés et devant lesquels ils se sont prosternésq. Ces ossements ne seront pas recueillis de nouveau pour être ensevelisr ; ils deviendront du fumier sur le sols.

3 Tous ceux de ce peuple mauvais qui subsisteront dans les divers lieux où je les aurai dispersést, préféreront la mort à la vieu, l’Eternel le déclare, le Seigneur des *armées célestes.

Vraie et fausse sagesse

Une obstination incompréhensible

4 « Tu leur diras : Voici ce que déclare l’Eternel : Si quelqu’un tombe | ne se relèvera-t-il pasv ? Si quelqu’un se détourne du cheminw, | n’y reviendra-t-il pas ?

5 Alors pourquoi | ce peuple de Jérusalem | se détourne-t-il du chemin ? Pourquoi persiste-t-il | dans sa mauvaise voie ? Fermement, les gens de ce peuple | s’attachent à leurs illusionsa et ils refusent | de revenir à moib.

6 J’ai, attentivement, | écoutéc ce qu’ils disent : je n’ai pas entendu | un mot de vérité ! Il n’y a parmi eux | personne qui renonced | au mal qu’il a commis, en disant : “Qu’ai-je fait !” Tous poursuivent leur coursee comme un cheval qui fonce | dans la bataille !

7 La cigogne elle-même, | dans le ciel, connaît bien | le temps des migrations, la colombe, la grue | et l’hirondelle observent l’époque de leur retour ; mais mon peuple ne connaît pasf | les lois que l’Eternel a établies.

8 Comment pouvez-vous dire : “Nous, nous sommes des sages et nous avons la Loig de l’Eternel” ? Car, en réalité, | le stylet mensonger | des *spécialistes de la Loi l’a changée en mensonge.

9 Les sagesh sont confus, ils sont pris de terreuri | et emmenés captifsj, car ils ont rejeté | la parolek de l’Eternel. Que peuvent-ils encore | avoir comme sagessel ?

10 « Aussi, je donnerai | à d’autres leurs épouses, et les champs qu’ils cultivent | à ceux qui les prendrontm, car tous, petits et grands, sont avides de gainsn, tous, du prophèteo au prêtre pratiquent la duplicité p.

11 Ils guérissent superficiellement mon peuple du désastre en disant : «Tout va bien ! | Tout va vraiment très bien !» alors que rien ne vaq.

12 Sont-ils confus | parce qu’ils ont commis | des abominations ? Ils n’ont aucune honter, et ils ne savent pas rougir, et c’est pourquoi ils tomberont | avec ceux qui succombent et ils s’écrouleront | au moment où je leur ferai | rendre des comptess, l’Eternel le déclaret.

Attente déçue

13 « Je les ramasserai, déclare l’Eternel, et il n’y aura plus | de raisin sur la vigneu, et il n’y aura plus de figuesv | sur le figuier, le feuillage est flétriw ! Car je donnerai toutx à ceux qui passeront sur eux. »

14 Pourquoi rester sur place ? Rassemblez-vous, rallions nos villes fortifiéesy et là, nous périrons ! Puisque l’Eternel notre Dieu | nous fait périr et veut nous abreuver | d’une eau empoisonnéez, puisque nous avons péchéa contre lui.

15 Nous espérions la paixb, mais rien de bon n’arrive, et, au temps de la guérison, c’est l’épouvantec !

16 On entend depuis Dand | les chevaux qui hennissente. En entendant hennir | les fougueux étalons, toute la terre tremblef. Les voici, ils arrivent, | dévorantg le pays et tout ce qu’il contient, la ville et tous ses habitants.

17 « Je vais envoyer contre vous des serpents venimeuxh que nul ne peut charmeri : ils vous mordront, l’Eternel le déclare,

La souffrance du prophète

18 ce sera sans remède. » La douleur me submerge, mon cœur est abattuj.

19 La communauté de mon peuple | pousse des cris plaintifs depuis un pays éloignék. « L’Eternel, gémit-elle, | n’est-il plus en *Sion ? Son roil n’est-il plus là | au milieu de la ville ? » « Ah ! pourquoi m’ont-ils irritém | par leurs statues taillées, par ces dieuxn inutileso | et étrangers ? »

20 La moisson est passée, | l’été est terminé et nous ne sommes pas sauvés.

21 Elle est brisée p, | la communauté de mon peuple, | j’en suis brisé, oui, j’en suis accabléa, | en proie à la consternation.

22 N’y a-t-il pas | de baume en Galaadb ? N’y a-t-il pas de médecinc ? Pourquoi ne voit-on pas guérird | la communauté de mon peuple ?

23 Je voudrais que ma tête | soit changée en fontaine et que mes yeux deviennent | une source de larmese ; que, nuit et jour, je pleuref sur les victimes | de la communauté | de tout mon peupleg.