Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Jean 8

« Va et ne pèche plus »

1 Quant à Jésus, il partit pour le mont des Oliviersu.

2 Mais le lendemain, il revint de bonne heure dans la cour du *Temple et tout le peuple se pressa autour de lui ; alors il s’assit et se mit à enseignerv.

3 Tout à coup, les *spécialistes de la Loi et les *pharisiens traînèrent devant lui une femme qui avait été prise en flagrant délit d’adultère. Ils la firent avancer dans la foule et la placèrent, bien en vue, devant Jésus.

4 – Maître, lui dirent-ils, cette femme a commis un adultère ; elle a été prise sur le fait.

5 Or, dans la *Loi, *Moïse nous a ordonné de lapider les femmes de ce genrew. Toi, quel est ton jugement sur ce cas ?

6 En lui posant cette question, ils voulaient lui tendre un piègex, dans l’espoir de trouver quelque prétexte pour l’accusery. Mais Jésus se baissa et se mit à écrire du doigt sur le solz.

7 Eux, ils insistaient, répétant leur question. Alors il se releva et leur dit : – Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierrea !

8 Puis il se baissa de nouveau et se remit à écrire sur le sol.

9 Après avoir entendu ces paroles, ils s’esquivèrent l’un après l’autre, à commencer par les plus âgés, laissant finalement Jésus seul avec la femme, qui était restée au milieu de la cour du Temple.

10 Alors Jésus leva la tête et lui dit : – Eh bien, où sont donc passés tes accusateurs ? Personne ne t’a condamnée ?

11 – Personne, Seigneur, lui répondit-elle. Alors Jésus reprit : – Je ne te condamne pas non plusb. Va, mais désormais, ne pèche plusc.]

La lumière du monde

12 Jésus parla de nouveau en public : – Je suisd la lumière du mondee, dit-il. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbresf : il aura la lumière de la vieg.

13 Là-dessus les *pharisiens lui répondirent : – Tu te rends témoignage à toi-même : ton témoignage n’est pas vraih.

14 Jésus leur répondit : – Oui, je me rends témoignage à moi-même : mais mon témoignage est vrai, car je sais d’où je suis venu et où je vaisi ; quant à vous, vous ne savez pas d’où je viensj ni où je vais.

15 Vous jugez selon des critères purement humainsk, moi, je ne juge personnel.

16 Et à supposer que je porte un jugement, ce jugement est vrai, car je ne suis pas seulm pour juger, mais avec moin, il y a aussi le Père qui m’a envoyéo.

17 Le témoignage commun de deux personnes n’est-il pas vraip ? C’est ce qui est écrit dans votre *Loi !

18 Eh bien, moi, je suis mon propre témoin ; et le Père qui m’a envoyé me rend aussi témoignageq.

19 – Mais, où est-il, ton père ? s’exclamèrent-ils. – Vous ne connaissez ni moi, ni mon Pèrer, répliqua Jésus ; si vous m’aviez connu, vous connaîtriez aussi mon Pères.

20 Jésus parla ainsi pendant qu’il enseignaitt dans la cour du Temple près des troncs à offrandesu, et personne n’essaya de l’arrêter, parce que son heure n’était pas encore venuev.

Celui qui est

21 Jésus leur dit encore : – Je vais m’en aller et vous me chercherezw ; mais vous mourrez dans votre péchéx. Vous ne pouvez pas aller là où je vaisy.

22 Sur quoi ils se demandèrent entre eux : – Aurait-il l’intention de se suicider ? Est-ce là ce qu’il veut dire par ces paroles : « Vous ne pouvez pas aller là où je vais ? »

23 – Vous, leur dit-il alors, vous êtes d’ici-bas ; moi, je suis d’en hautz. Vous appartenez à ce monde-ci ; moi, je ne lui appartiens pasa.

24 C’est pourquoi je vous ai dit : « Vous mourrez dans vos péchés. » En effet, si vous ne croyez pas que moi, je suisb, vous mourrez dans vos péchésc.

25 – Qui es-tu donc ? lui demandèrent-ils alors. – Je ne cesse de vous le dire depuis le début ! leur répondit Jésus.

26 En ce qui vous concerne, j’aurais beaucoup à dire, beaucoup à juger. Mais celui qui m’a envoyé est véridiqued, et je proclame au mondee ce que j’ai appris de luif.

27 Comme ils ne comprenaient pas que Jésus leur parlait du Pèreg, il ajouta :

28 – Quand vous aurez élevé le *Fils de l’hommea, alors vous comprendrez que moi, je suis. Vous reconnaîtrez que je ne fais rien de ma propre initiative, mais que je transmets ce que le Père m’a enseignéb.

29 Oui, celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seulc, car je fais toujours ce qui lui est agréabled.

30 Pendant qu’il parlait ainsi, beaucoup crurent en luie.

Les vrais fils d’Abraham

31 Alors Jésus dit aux *Juifs qui avaient mis leur foi en lui : – Si vous vous attachez à la Parole que je vous ai annoncéef, vous êtes vraiment mes *disciplesg.

32 Vous connaîtrez la véritéh, et la vérité fera de vous des hommes libresi.

33 – Nous, lui répondirent-ils, nous sommes la postérité d’*Abrahamj, nous n’avons jamais été esclaves de personnek. Comment peux-tu dire : « Vous serez des hommes libres ? »

34 – Vraiment, je vous l’assure, leur répondit Jésus, tout homme qui commet le péché est esclave du péchél.

35 Or, un esclave ne fait pas partie de la famillem, un fils, lui, en fait partie pour toujoursn.

36 Si donc c’est le Fils qui vous donne la libertéo, alors vous serez vraiment des hommes libresp.

37 Je sais que vous êtes les descendants d’Abraham. Pourtant, vous cherchez à me faire mourirq parce que ma parole ne trouve aucun accès dans votre cœurr.

38 Moi, je parle de ce que j’ai vu chez mon Pères. Quant à vous, vous faites ce que vous avez appris de votre pèret.

39 – Notre père à nous, répondirent-ils, c’est Abrahamu. – Eh bien, leur répliqua Jésus, si vous étiez vraiment des enfants d’Abraham, vous agiriez comme luiv.

40 Au lieu de cela, vous cherchez à me faire mourirw. Pourquoi ? Parce que je vous dis la vérité telle que je l’ai apprise de Dieux. Jamais Abraham n’a agi comme vousy.

41 Vous agissez exactement comme votre père à vousz ! – Mais, répondirent-ils, nous ne sommes pas des enfants illégitimesa. Nous n’avons qu’un seul Père : Dieub !

42 – Si vraiment Dieu était votre Père, leur dit Jésus, vous m’aimeriezc, car c’est de sa part que je suis icid et c’est de sa part que je suis venu au milieu de vous. Je ne suis pas venu de ma propre initiativee, c’est lui qui m’a envoyéf.

43 Pourquoi ne comprenez-vous pas ce que je vous dis ? Parce que vous êtes incapables de recevoir mes parolesg.

44 Votre père, c’est le diableh, et vous voulez vous conformer à ses désirsi. Depuis le commencementj, c’est un meurtrier : il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il ment, il parle de son propre fond, puisqu’il est menteur, lui le père du mensongek.

45 Mais moi, je dis la véritél. C’est précisément pour cela que vous ne me croyez pasm.

46 Qui d’entre vous peut m’accuser d’avoir commis une seule fauten ? Si je dis vrai, pourquoi ne me croyez-vous pas ?

47 Celui qui appartient à Dieu écoute les paroles de Dieua. Si vous ne les écoutez pas, c’est parce que vous ne lui appartenez pas.

48 Ils répliquèrent : – Nous avions bien raison de le dire : tu n’es qu’un *Samaritainb, tu as un démon en toic.

49 – Non, répondit Jésus, je n’ai pas de démon en moi. Au contraire, j’honore mon Pèred ; mais vous, vous me mépriseze.

50 Non, je ne recherche pas la gloire pour moi-mêmef : c’est un autre qui s’en préoccupe et il me rendra justiceg.

51 Vraiment, je vous l’assure : celui qui observe mon enseignement ne verra jamais la morth.

Le Fils et Abraham

52 Sur quoi les chefs des Juifs reprirent : – Cette fois, nous sommes sûrs que tu as un démon en toii. Abraham est mort, les *prophètes aussij, et toi tu viens nous dire : Celui qui observe mon enseignement ne mourra jamais.

53 Serais-tu plus grand que notre père Abrahamk, qui est mort – ou que les prophètes, qui sont tous morts ? Pour qui te prends-tu donc ?

54 Jésus répondit : – Si je m’attribuais moi-même ma gloirel, cela n’aurait aucune valeur. Celui qui me glorifiem, c’est mon Père, celui-là même que vous appelez votre Dieu.

55 En fait, vous ne le connaissez pasn, alors que moi, je le connaiso. Si je disais ne pas le connaître, je serais menteur, comme vous. Mais le fait est que je le connais et que j’obéis à sa Parolep.

56 Abrahamq votre père a exulté de joie, rien qu’à la pensée de voir mon jour. Il l’a vur et en a été transporté de joie.

57 – Quoi, lui dirent-ils alors, tu n’as même pas cinquante ans et tu prétends avoir vu Abraham !

58 – Vraiment, je vous l’assure, leur répondit Jésus, avant qu’Abraham soit venu à l’existences, moi, je suist.

59 A ces mots, ils se mirent à ramasser des pierres pour les lui jeteru, mais Jésus disparutv dans la foule et sortit de l’enceinte du *Templew.