Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Jean 6

Du pain pour tous

(Mt 14.13-21 ; Mc 6.30-44 ; Lc 9.10-17)

1 Après cela, Jésus passa sur l’autre rive du lac de *Galilée (appelé aussi lac de Tibériadea).

2 Une foule immense le suivait, attirée par les guérisons miraculeusesb dont elle avait été témoin.

3 C’est pourquoi Jésus s’en alla dans la montagnec et s’assit là avec ses *disciplesd.

4 La *Pâquee, la fête des Juifs était proche.

5 Jésus regarda autour de lui et vit une foule nombreuse venir à lui. Alors il demanda à Philippef : – Où pourrions-nous acheter assez de pains pour nourrir tout ce monde ?

6 Il ne lui posait cette question que pour voir ce qu’il allait répondre car, en réalité, il savait déjà ce qu’il allait faire.

7 – Rien que pour donner à chacun un petit morceaug de pain, il faudrait au moins deux cents pièces d’argent, lui répondit Philippe.

8 Un autre disciple, André, frère de *Simon Pierreh, lui dit :

9 – Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons. Mais qu’est-ce que cela pour tant de mondei ?

10 – Dites-leur à tous de s’asseoirj, leur ordonna Jésus. L’herbe était abondante à cet endroit et la foule s’installa donc par terre. Il y avait là environ cinq mille hommes.

11 Jésus prit alors les pains, remercia Dieuk, puis les fit distribuer à ceux qui avaient pris place sur l’herbe. Il leur donna aussi autant de poisson qu’ils en désiraientl.

12 Quand ils eurent tous mangé à leur faim, Jésus dit à ses disciples : – Ramassez les morceaux qui restent, pour que rien ne soit gaspillém.

13 Ils les ramassèrent donc et remplirent douze paniers avec ce qui restait des cinq pains d’orge qu’on avait mangés.

14 Lorsque tous ces gens-là virent le signe miraculeuxn de Jésus, ils s’écrièrent : – Pas de doute : cet homme est vraiment le Prophète qui devait venir dans le mondeo.

15 Mais Jésus, sachant qu’ils allaient l’enlever de force pour le proclamer roip, se retira de nouveau, tout seul, dans la montagneq.

Jésus marche sur les eaux

(Mt 14.22-27 ; Mc 6.45-52)

16 A la tombée de la nuit, ses disciples redescendirent au bord du lac.

17 Ils montèrent dans un bateau et se dirigèrent vers *Capernaümr, sur l’autre rive. Il faisait déjà nuit et Jésus ne les avait pas encore rejoints.

18 Un vent violent se mit à souffler, et le lac était très agités.

19 Les *disciples avaient déjà parcouru cinq ou six kilomètres, quand ils virent Jésus marcher sur l’eaut et s’approcher de leur bateau. L’épouvanteu les saisit.

20 Mais Jésus leur dit : – C’est moi, n’ayez pas peurv !

21 Ils voulurent alors le faire monter dans le bateau, mais, au même moment, ils touchèrent terre à l’endroit où ils voulaient aller.

Le pain qui fait vivre

22 Le lendemain, ceux qui étaient restés sur l’autre rivew se rendirent compte qu’il n’y avait eu là qu’un seul bateau et que Jésus n’avait pas accompagné ses disciples ; ceux-ci étaient repartis seulsx.

23 Entre-temps, d’autres bateaux étaient arrivés de Tibériadey, près de l’endroit où toute cette foule avait été nourrie après que le Seigneur eut remercié Dieuz.

24 Quand les gens virent que Jésus n’était pas là, et ses disciples non plus, ils montèrent dans ces bateaux pour aller à *Capernaüm, à la recherche de Jésusa.

25 Ils le trouvèrent de l’autre côté du lac et lui demandèrent : – Maîtreb, quand es-tu venu ici ?

26 Jésus leur répondit : – Vraiment, je vous l’assure, si vous me cherchezc, ce n’est pas parce que vous avez compris le sens de mes signes miraculeuxd. Non ! C’est parce que vous avez mangé du pain et que vous avez été rassasiése.

27 Travaillez, non pour la nourriture périssable, mais pour celle qui durea pour la vie éternelleb. Cette nourriture, c’est le *Fils de l’homme qui vous la donnera, car Dieu le Père lui en a accordé le pouvoir en le marquant de son sceauc.

28 – Et que devons-nous faire pour accomplir les œuvres que Dieud attend de nous ? lui demandèrent-ils encore.

29 – L’œuvre de Dieu, leur répondit Jésus, c’est que vous croyieze en celui qu’il a envoyéf.

30 Sur quoi, ils lui dirent : – Quel signe miraculeuxg nous feras-tu voir pour que nous puissions croire en toih ? Que vas-tu fairei ?

31 Pendant qu’ils traversaient le désert, nos ancêtres ont mangé la mannej, comme le dit ce texte de l’Ecriture : Il leur donna à manger un pain qui venait du cielk.

32 Mais Jésus leur répondit : – Vraiment, je vous l’assure : ce n’est pas *Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel, c’est mon Père qui vous donne le pain du ciel, le vrai pain.

33 Car le pain qui vient de Dieu, c’est celui qui descend du ciell et qui donne la vie au mondem.

34 – Seigneur, dirent-ils alors, donne-nous toujours de ce pain-làn.

35 Et Jésus répondit : – C’est moi qui suiso le pain qui donne la viep. Celui qui vient à moi n’aura plus jamais faimq, celui qui croitr en moi n’aura plus jamais soifs.

36 Mais je vous l’ai déjà dit : vous avez vu, et vous ne croyez pas.

37 Tous ceux que le Père me donnet viendront à moiu, et je ne repousserai pas celui qui vient à moi.

38 Car si je suis descendu du cielv, ce n’est pas pour faire ce qui me plaît, mais pour accomplir la volontéw de celui qui m’a envoyéx.

39 Or, celui qui m’a envoyé veut que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnésy, mais que je les ressuscite au dernier jourz.

40 Oui, telle est la volonté de mon Père : que tous ceux qui tournent leurs regards vers le Filsa et qui croient en lui, possèdent la vie éternelleb, et moi, je les ressusciterai au dernier jourc.

41 Alors les gens se mirent à murmurer contre lui, parce qu’il avait dit : « C’est moi qui suis le pain descendu du ciel. »

42 Ils disaient : – Voyons, n’est-ce pas Jésus, le fils de Josephd ? Nous connaissons bien son père et sa mèree ! Comment peut-il prétendre qu’il est descendu du cielf ?

43 Jésus leur dit : – Cessez donc de murmurer ainsi entre vous !

44 Personne ne peut venir à moi si le Père qui m’a envoyé ne l’attireg, et moi, je le ressusciterai au dernier jour.

45 Dans les écrits des *prophètes, vous pouvez lire cette parole : Dieu les instruira tousa. Tout homme qui écoute la voix du Père et qui se laisse instruire par lui vient à moib.

46 Personne n’a jamais vu le Père, sauf celui qui est venu d’auprès de Dieuc. Lui, il a vu le Pèred.

47 Vraiment, je vous l’assure : celui qui croit a la vie éternellee,

48 car je suis le pain qui donne la vief.

49 Vos ancêtres ont bien mangé la manne dans le désert et cela ne les a pas empêchés de mourirg.

50 Mais c’est ici le pain qui descend du cielh : celui qui en mange ne mourra pasi.

51 C’est moi qui suis le pain vivantj descendu du cielk : si quelqu’un mange de ce pain-là, il vivra éternellementl. Le pain que je donnerai pour que le mondem vive, c’est mon propre corpsn.

52 A ces mots, les *Juifso se mirent à discuter vivement entre euxp, disant : – Comment cet homme pourrait-il nous donner son corps à mangerq ?

53 Alors Jésus leur dit : – Oui, vraiment, je vous l’assure : si vous ne mangez pas la chairr du *Fils de l’hommes et si vous ne buvez pas son sangt, vous n’aurez point la vie en vousu.

54 Celui qui se nourrit de ma chair et qui boit mon sang a la vie éternellev, et moi je le ressusciterai au dernier jourw.

55 Car ma chair est vraiment une nourriture et mon sang est vraiment un breuvagex.

56 Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en luiy.

57 Le Père qui m’a envoyéz a la vie en lui-même, et c’est luia qui me fait vivre ; ainsi, celui qui se nourrit de moi vivra lui aussi par moib.

58 C’est ici le pain descendu du ciel. Il n’est pas comme celui que vos ancêtres ont mangé ; eux, ils sont morts ; mais celui qui mange ce pain-ci vivra pour toujoursc.

59 Voilà ce que déclara Jésus lorsqu’il enseigna dans la *synagogue de *Capernaümd.

60 Après l’avoir entendu, plusieurs de ses *disciplese dirent : – Ce langage est bien difficile à accepter ! Qui peut continuer à l’écouterf ?

61 Jésus savait fort bien quels murmures ses paroles avaient soulevés parmi eux. C’est pourquoi il leur dit : – Cela vous choque-t-ilg ?

62 Et si vous voyez le Fils de l’hommeh remonter là où il était auparavanti ?

63 C’est l’Esprit qui donne la vie ; l’homme n’aboutit à rienj par lui-même. Les paroles que je vous ai dites sont Esprit et viek.

64 Hélas, il y en a parmi vous qui ne croient pasl. En effet, dès le début Jésus savait quels étaient ceux qui ne croyaient pas, et qui était celui qui allait le trahirm.

65 Aussi ajouta-t-il : – C’est bien pour cela que je vous ai dit : Personne ne peut venir à moi si cela ne lui est accordé par le Pèren.

66 A partir de ce moment-là, beaucoup de ses discipleso l’abandonnèrent et cessèrent de l’accompagnerp.

67 Alors Jésus, se tournant vers les Douzeq, leur demanda : – Et vous, ne voulez-vous pas aussi partir ?

68 Mais *Simon Pierre lui réponditr : – Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelles.

69 Nous, nous avons mis toute notre *confiance en toi et nous savonst que tu es le Saint, envoyé de Dieuu.

70 – N’est-ce pas moi qui vous ai choisisv tous les douze ? reprit Jésus. Et pourtant, l’un de vous est un diablew.

71 Par ces mots, il désignait Judas, fils de Simon Iscariota, l’un des Douze, qui allait le trahirb.