Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Esther 9

Le péril des ennemis des Juifs

1 Le treizième jour du douzième mois, c’est-à-dire le mois d’Adarm, arriva. C’était le jour où le décret impérial devait être appliqué. En ce jour, les ennemis des Juifs avaient espéré se rendre maîtres d’euxn, mais la situation se retourna : ce furent les Juifs qui se rendirent maîtres de leurs ennemiso.

2 Dans les villes de toutes les provinces de l’empereur Xerxès où ils habitaient, ils se regroupèrentp pour s’en prendre à ceux qui leur voulaient du mal. Personne ne put leur résisterq, tant la peur qu’ils inspiraient s’était emparée de tout le monde.

3 Tous les ministres des provinces, les satrapes, les gouverneurs et les fonctionnaires impériaux soutinrent les Juifsr par craintes de Mardochée.

4 En effet, celui-cit occupait un haut rangu au palais impérial, et sa renommée s’était répandue dans toutes les provinces, car il devenait de plus en plus puissantv.

5 Ainsi, les Juifs frappèrent tous leurs ennemis de l’épée, ils les tuèrent et les exterminèrentw, ou les traitèrent comme ils le jugèrent bon.

6 Dans la seule citadelle de Suse, les Juifs tuèrent et firent périr cinq cents hommes,

7 ainsi que Parshandatha, Dalphôn et Aspata,

8 Porata, Adalia et Aridata,

9 Parmashta, Arizaï, Aridaï et Vayezata,

10 les dix filsx de Haman, fils de Hammedata, le persécuteur des Juifsy. Mais on s’abstint de tout pillagez.

11 Le jour même, l’empereur fut informé du nombre de victimes dans la citadelle de Suse.

12 Il dit à l’impératrice Esther : – Dans la seule citadelle de Suse, les Juifs ont tué et fait périr cinq cents hommes ainsi que les dix fils de Haman. Qu’ont-ils dû faire dans les autres provinces de l’empire ! Néanmoins, si tu as encore une requête à formuler, elle te sera accordée. Quelle est ta demande ? Tu l’obtiendrasa.

13 Esther répondit : – Si l’empereur le veut bien, qu’il accorde aux Juifs de Suse la permission d’agir demain comme aujourd’hui, et que l’on pendeb les corpsc des dix fils de Haman à la potence.

14 L’empereur donna l’ordre de procéder ainsi. Un nouveau décret fut promulgué à Suse, et les dix fils de Haman furent pendusd.

15 Les Juifs de Suse se rassemblèrent donc encore le quatorzième jour du mois d’Adar et tuèrent trois cents hommes, mais sans pillere leurs biens.

16 Les autres Juifs disséminés dans les provinces de l’empire se réunirent aussi pour défendre leur vie et garantirf leur tranquillité vis-à-vis de leurs ennemisg,

17 et le treizième jour du mois d’Adar, ils tuèrent 75 000 de leurs ennemis, mais sans pillerh leurs biens. Le quatorzième jour du mois, ils cessèrent tout massacre et firent de ce jour un jour de festin et de réjouissancesi.

18 Par contre les Juifs de Suse qui s’étaient regroupés le treizième et le quatorzième jour, se reposèrent le quinzième, et c’est ce jour-là qu’ils firent des festins et se livrèrent à des réjouissances.

19 C’est ce qui explique pourquoi les Juifs disséminés dans les campagnes et ceux qui habitent des localités des campagnes font du quatorzième jour du mois d’Adarj un jour de fête, de réjouissances et de festin, et s’envoient mutuellementk des cadeaux ce jour-là.

L’institution de la fête des Pourim

20 Mardochée consigna par écrit le récit de tous ces événements, puis il envoya des lettres à tous les Juifs de toutes les provinces de l’empereur Xerxès, auprès et au loin.

21 Il leur demanda de célébrer tous les ans une fête le quatorzième et le quinzième jour du mois d’Adar,

22 puisqu’en ces jours, les Juifs s’étaient assurés la tranquillitéa vis-à-vis de leurs ennemis et qu’en ce mois, leur affliction avait été changée en joie et leur deuil en fêteb. Il les invitait à commémorer ces jours-là par des festins et des réjouissances, et par des échanges mutuels de cadeauxc et des dons aux pauvresd.

23 Les Juifs suivirent les consignes de Mardochée et firent de cette fête, qu’ils venaient de célébrer, une tradition à respecter tous les ans.

24 Car Haman, fils de Hammedata l’Agaguitee, le persécuteur de tous les Juifs, avait résolu de les exterminer. Il avait jeté le Pourf – ce qui veut dire « sort » en perseg – en vue de leur ruine et de leur exterminationh.

25 Mais Esther était allée trouver l’empereur qui avait ordonné par écrit de faire retomber sur luii les méchants plans qu’il avait formés contre les Juifs et de le pendrej, lui et ses fils, à la potencek.

26 C’est pourquoi on a appelé ces jours-là Pouriml d’après le mot perse qui signifie « sort ». Selon les instructions de la lettre de Mardochée et à cause des événements dont ils avaient eux-mêmes été les témoins et qu’ils avaient subis,

27 les Juifs instituèrent la tradition pour eux, pour leurs descendants et pour ceux qui se joindraient à eux, selon laquelle on ne devait pas omettre de célébrer chaque année ces deux jours à la date fixée et de la manière prescrite par Mardochée.

28 Ainsi le souvenir de ces jours est perpétué de génération en génération dans chaque famille, dans chaque province et dans chaque ville, par cette célébration. Les Juifs ne doivent pas cesser de célébrer ces jours des Pourim et leur souvenir ne doit pas se perdre chez leurs descendants.

29 L’impératrice Esther, fille d’Abichaïlm, écrivit avec le Juif Mardochée en usant de toute son autorité pour confirmer cette seconde lettre au sujet des Pourim.

30 Ils envoyèrent des lettres contenant des *vœux pour une paix véritable à tous les Juifs des cent vingt-sept provincesn de l’empire de Xerxès.

31 Elles confirmaient l’institution de ces jours des Pourim à la date fixée, tels que le Juif Mardochée et l’impératrice Esther les avaient institués, et tels que les Juifs les avaient eux-mêmes institués pour eux-mêmes et pour leurs descendants, avec des jeûneso et des supplicationsp.

32 L’ordre d’Esther institua le rituel de cette fête des Pourim, et cela fut consigné dans un livre.