Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Ésaïe 51

Le salut éternel de Dieu

1 « Ecoutez-moia, vous qui recherchez le salutb qui vous tournez vers l’Eternelc ! Regardez le rocherd d’où vous avez été taillés, et la carrière d’où vous avez été tirés !

2 Oui, considérez donc | Abrahame votre père, Sara qui vous a mis au monde, car lorsque j’ai appelé Abraham, | il n’avait pas d’enfant. Je l’ai béni alors | et je lui ai donné | de nombreux descendantsf.

3 Oui, l’Eternel | va consolerg *Sionh, et, de ses ruinesi, | il aura compassion ; il rendra son désert | semblable au paradisj. La steppek deviendra | comme un jardin de l’Eternel. La joie et l’allégressel | y régneront, et l’on y entendra | de la musique | et des chants de reconnaissancem.

4 « Prête-moi attention, mon peuplen ! Vous, ma nation, | tendez vers moi l’oreilleo, car je promulguerai la Loip, et je proclamerai mon droitq pour éclairer les peuplesr.

5 Oui, je ferai bientôt justice, mon saluts va paraîtret et mon brasu jugera les peuples. Les îlesv, les régions côtières, | regarderont à moi, elles s’en remettrontw | au secours de mon bras.

6 « Levez les yeux au ciel, baissez-les sur la terre, car, comme une fuméex, | le ciel s’évanouira et, comme un vêtementy, | la terre s’usera. Ses habitants mourront | comme des mouches, mais mon salutz | sera établi pour toujoursa, mon œuvre de justice | ne sera jamais ébranléeb.

7 Ecoutez-moi, | vous qui savez ce qui est juste. O peuple, toi qui portes | ma Loi au fond du cœurc, ne crains donc pas | les injures des hommes, que leurs outragesd | ne t’ébranlent jamais !

8 Car ils seront | mangés par la vermine | comme un habite, et rongés par les mitesf | comme la laine. Quant à mon œuvre de justice, | elle sera établie pour toujoursg – mon salut le sera | pour toutes les générations. »

L’éveil de la nouvelle création

Le nouvel exode, la nouvelle création

9 Réveille-toi ! | Réveille-toih ! Revêts-toi de puissancei, ô brasj de l’Eternel ! Entre en action | comme aux jours d’autrefois, comme aux siècles passésk ! N’est-ce pas toi | qui abattis l’Egyptel, qui transperças | le monstrem de la mer ?

10 N’est-ce pas toi | qui desséchas la mern et qui taris | les eaux du grand abîmeo ? Toi qui fis un chemin | dans les profondeurs de la merp pour que ton peuple délivréq | puisse y passer ?

11 De même, ceux que l’Eternel | a libérésr retourneront, ils iront à *Sion | avec des cris de joies. Une joie éternelle | couronnera leur tête, la joie et l’allégresset | les accompagneront, la tristesse et les plaintes | fuiront au loinu.

Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?

12 « C’est moi, c’est moi qui vous consolea. Comment donc peux-tu craindreb | l’homme qui doit mourirc, ou un humain | qui a le même sort que l’herbed ?

13 As-tu donc oubliée | l’Eternel qui t’a faitf, qui a tendu le cielg | et a fondé la terre ? Comment peux-tu tremblerh | sans cesse tout le jour parce que le tyrani | déchaîne sa fureur et se prépare à te détruire ? Maintenant, où est-elle, | la fureur du tyran ?

14 Bientôt, le prisonnier | va être libéréj, il ne périra pas | au fond de son cachot et il ne sera plus | privé de nourriturek.

15 Moi, je suis l’Eternel, ton Dieu. Quand j’agite la merl, | ses flots mugissentm. Voici mon nom : | le Seigneurn des *armées célestes.

16 « Oui, j’ai mis mes paroles dans ta boucheo, je t’ai couvert | de l’ombre de ma mainp, pour étendre le ciel, | et pour fonder la terreq, et pour proclamer à Sion : | “Tu es mon peupler !” »

Jérusalem se relève

17 Réveille-toi, réveille-tois, debout, Jérusalem, toi qui as bu la coupet | remplie de la colèreu que l’Eternel t’a présentée, oui, toi qui as vidé | jusqu’à l’ultime gouttev la coupe du vertigew.

18 Parmi tous les filsx | que tu as mis au monde, il n’y en a aucun | pour te guidery, et parmi tous les fils | que tu as élevés, il n’y en a aucun | pour te prendre la mainz !

19 Deux malheursa t’ont frappé, mais qui donc te plaindrab ? La dévastation et la destructionc, la famined et l’épéee ! Et qui te consolera ?

20 Tes fils sont épuisés, ils sont couchés | à tous les coins de ruef, comme des antilopes | prises dans un filetg. Ils ont été chargés | de la fureurh de l’Eternel, de la menacei de ton Dieu.

21 C’est pourquoi, malheureuse, | écoute donc ceci, toi qui es enivréej, | mais pas de vin.

22 Ainsi parle ton Dieu, | l’Eternel, ton Seigneur, celui qui va défendrek | la cause de son peuple : « J’ai ôté de ta main la coupel du vertige, et tu ne boiras plus désormais le calice | rempli de ma colère,

23 car je le mettrai dans la main | de tes persécuteursm, de ceux qui te disaient : “Incline-toin, | nous passeronso !” Et tu as présenté | ton dos pour qu’on le foule comme une rue pour les passantsp. »