Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Cantique des cantiques 8

1 « Ah, que n’es-tu mon frère allaité par ma mère ! Te rencontrant dehors, | je pourrais t’embrasser sans que l’on me méprise,

2 je pourrais t’emmener, | je te ferais entrer | au foyer de ma mèrea, là, tu m’enseignerais et je te ferais boire | du bon vin parfumé de mon jus de grenades.

3 Son bras gauche soutient ma tête et son bras droit m’enlaceb.

4 O filles de Jérusalem, | oh, je vous en conjure, n’éveillez pas, | non, ne réveillez pas l’amour avant qu’il ne le veuillec. »

Le chœur

5 « Qui donc est celle-ci | qui monte du désertd s’appuyant sur son bien-aimé ? » « C’est dessous le pommier | que je t’ai réveillé, à l’endroit où ta mère | t’avait conçue, oui, au lieu même où te conçut | celle qui devait t’enfanter.

L’amour : fort comme la mort

6 Mets-moi comme un sceau sur ton cœur, comme un sceau sur ton bras. L’amour est fortf | comme la mort, et la passion | est indomptableg | comme le séjour des défunts. Les flammes de l’amour | sont des flammes ardentes, les flammes de la foudre | venant de l’Eternel.

7 Même de grosses eaux | ne peuvent éteindre l’amour, et des fleuves puissants | ne l’emporteront pas. L’homme qui offrirait | tous les biens qu’il possède | pour acheter l’amour n’obtiendrait que méprish. »

La petite sœur

8 « Nous avons une sœur, elle est petite encore, | sa poitrine n’est pas formée, que ferons-nous pour elle lorsqu’il sera question | de la marier ? »

9 « Si elle est un rempart, nous bâtirons sur elle | des créneaux en argent. Si elle est une porte, nous, nous la bloquerons | d’un madrier de cèdre.

10 Moi, je suis un rempart, mes seins en sont les tours. Aussi ai-je trouvé la paix, | auprès de lui. »

La vigne de Salomon

11 « Salomon avait une vignea | à Baal-Hamôn, il la remit à des gardiens. Pour en payer le fruit, | chacun d’eux lui donnait | un millier de pièces d’argentb.

12 Ma vigne est à moic, je la garde. Toi, Salomon, tu peux avoir | ton millier de pièces d’argent, puis, deux cents pièces | seront données à ceux | qui ont gardé ses fruits. » Fais-moi entendre ta voix

13 « Toi qui habites les jardins, des compagnons, prêtent l’oreille, oh ! fais-moi entendre ta voix ! »

14 « Enfuis-toi vite, toi mon bien-aimé, et sois pareil à la gazelled | ou à un jeune faone, sur les montsf embaumés. »