Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Cantique des cantiques 6

Le chœur

1 « Où est allé ton bien-aimév, ô toi la plus belle des femmesw ? De quel côté s’est-il tourné, | ton bien-aimé ? Nous t’aiderons à le chercher. »

Le lien de l’amour

2 « Mon bien-aimé | est descendux dans son jardiny, vers ses parterres d’aromatesz, pour faire paître son troupeau et pour cueillir des lis | dans le jardin.

3 Moi, je suis à mon bien-aiméa | et mon bien-aimé est à moi, lui qui fait paître son troupeau | dans les prés pleins de lisz. »

La plus belle de toutes

4 « Que tu es belle, | ô mon amie, | comme Tirtsab. Tu es superbe | tout comme Jérusalemc, et redoutable | comme des soldats rangés | sous leur bannièred.

5 Détourne de moi tes yeux, | car ils me troublent, ta chevelure | est comme un troupeau de chèvres aux flancs du mont Galaade.

6 Tes dents ressemblent | à un troupeau de brebis qui reviendrait du lavoir. Chacune d’elles | a sa jumelle, aucune n’est solitairef.

7 Tes joues ressemblent | à des moitiés de grenadesg dessous ton voileh.

8 Il y a soixante reinesi et quatre-vingts | épousesj de second rang, des jeunes filles sans nombre.

9 Mais une seule | est ma colombek | et ma parfaitel. Pour sa mère, elle est unique. Elle est l’enfant préférée | de celle qui l’enfantam. Les jeunes filles, | en la voyant, | disent qu’elle est bienheureuse. Toutes les reines, | et les épouses | de second rang | font son éloge. »

Le chœur

10 « Qui donc est celle | qui apparaît | comme l’aurore et qui est belle | comme la lune, | brillante comme un soleil mais redoutable | comme des soldats rangés | sous leur bannière ? »

Poussée par le désir

11 « Je venais de descendre | au jardin des noyers pour regarder les pousses | dans le vallon et pour voir si la vigne | avait déjà fleuri, et si les grenadiers | étaient déjà en fleursn.

Le chœur

12 Je ne sais pas comment | je me suis retrouvée, | poussée par mon désir, au beau milieu des chars | des hommes de mon prince. » « Reviens, reviens, | ô Sulamite ! Reviens, reviens, | que nous puissions te contempler. »