Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Cantique des cantiques 4

Que tu es belle, ô mon amie

1 « Que tu es belle, | ô mon amie, | que tu es belle ! Tes yeux ressemblent | à des colombesh dessous ton voilei, ta chevelure | est comme un troupeau de chèvres aux flancs du mont Galaadj.

2 Tes dents ressemblent | à un troupeau de brebis | passé aux mains des tondeurs qui reviendrait du lavoir. Chacune d’elles | a sa jumelle, aucune n’est solitairek.

3 Voici tes lèvres | comme un ruban écarlate ; combien ta bouchel est charmantem ! Et tes tempes ressemblent | à des moitiés de grenadesn dessous ton voile.

4 Ton cou ressemble | à la touro du roi David, bâtie comme un arsenal : mille rondachesp | y sont pendues, tous les pavois des héros.

5 Comme deux faons, | sont tes deux seinsq, comme deux jeunes gazelles | qui sont jumelles et qui vont paître | parmi les lisr. »

6 « Quand viendra la fraîcheur | avec la tombée du jour, et quand les ombres | s’estomperonts, je m’en irai | vers la montagne de myrrhet, vers la colline de l’encens. »

La beauté de l’amour

7 « Que tu es belleu, | ô mon amie, tu es parfaitement belle, | sans un défautv.

8 Ma fiancéew, | tu vas venir avec moi, | tu vas venir du Liban, oui, du Liban avec moi. Tu contempleras la plaine | du sommet de l’Amana, du Sénirx et de l’Hermony. Là, les lions | ont leur retraite, et les panthères | se cachent dans les montagnes.

9 Tu me fais perdre le sens, | ô toi, ma sœur, | ma fiancéez, tu me fais perdre le sens | par un seul de tes regards, par un seul de tes joyaux | suspendu à tes colliersa.

10 Ton amourb est délicieuxc, | ô toi, ma sœur, | ma fiancée, oui, ton amour | exalte plus que le vina et la senteur | de tes parfumsz | exalte plus | que tous les baumes.

11 Tes lèvres, ma fiancée, | distillent un nectar pur, et, sous ta langue, | coulent du miel et du laitc, et le parfum | de tes habits | est tout pareil | à la senteur du Liband.

12 Tu es un jardine bien clos, | ô toi, ma sœur, | ma fiancéef. Tu es une source close, | une fontaine scelléeg.

13 Tes rameaux sont un verger, | un verger de grenadiersh portant les fruits les meilleurs : le henné avec le nardi,

14 le nard avec le safran | et la cannelle odorante, | le cinnamomej, et toutes sortes | d’arbres donnant de l’*encens, de l’aloèsk | et de la *myrrhel, et les plus fins aromatesm.

15 Tu es la sourcen des jardinso, un puits d’eaux vives, d’eaux ruisselant du Liban.

Le jardin de l’amour

16 Eveille-toi, Aquilon ! | Accours, Autan ! Viens souffler sur mon jardinp, | pour que ses parfumsq s’exhalent ! » « Que mon bien-aimér pénètre | dans son jardin et qu’il en goûte | les fruits exquiss. »