Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Apocalypse 14

L’Agneau et les cent quarante-quatre mille rachetés

1 Alors je vis l’Agneauo qui se tenait debout sur le mont Sionp, et avec lui, les cent quarante-quatre milleq qui portent son nom et le nom de son Pèrer inscrits sur leurs frontss.

2 J’entendis une voix qui venait du ciel et qui résonnait comme de grandes eaux, comme le grondement d’un coup de tonnerre violentt. C’était comme le son d’un orchestre de harpistes jouant de leurs instrumentsa.

3 Tous ces gens chantaient un cantique nouveaub devant le trône, devant les quatre êtres vivantsc, et devant les vieillardsd. Et ce cantique, personne ne pouvait l’apprendre excepté les cent quarante-quatre millee, les rachetés de la terref.

4 Ce sont ceux qui ne se sont pas souillés avec des femmes, ils sont restés viergesg. Ils suivent l’Agneau partout où il vah. Ils ont été rachetés d’entre les hommesi pour être offerts comme des premiers fruitsj à Dieu et à l’Agneau.

5 Il ne s’est pas trouvé de mensonge dans leur bouchek. Ils sont irréprochablesl.

L’annonce du jugement et de la chute de Babylone

6 Ensuite je vis un autre *ange volant au zénithm. Il avait une Bonne Nouvelle éternelle à annoncer à tous les habitants de la terren, à toute nation, toute tribu, toute langue et tout peupleo.

7 Il criait d’une voix forte : – Révérez Dieup et donnez-lui gloireq, car l’heure a sonné où il va rendre son jugement. Adorez donc celui qui a faitr le ciel, la terre, la mer et les sourcess.

8 Un second ange le suivit, disant : – Elle est tombée, la grande Babylonet est tombée, celle qui a fait boire à toutes les nations le vin de sa furieuse prostitutionu.

9 Un troisième ange les suivit, proclamant d’une voix forte : – Celui qui adore la bêtev et son imagew et qui accepte de recevoir sa marque sur le frontx et sur la main,

10 devra aussi boire du vin de la fureur de Dieuy. Ce vin lui sera versé pur dans la coupe de la colère divinez, et il souffrira des tourments dans le feu et le soufrea devant les saints anges et devant l’Agneau.

11 La fumée de leur tourment s’élèvera à perpétuitéb. Quiconque adore la bête et son imagec, quiconque accepte la marque de son nomd ne connaîtra aucun repos, ni de jour, ni de nuite.

12 C’est là que les membres du peuple de Dieuf, ceux qui obéissent aux commandements de Dieug et vivent selon la foi en Jésus, doivent faire preuve d’enduranceh.

13 Puis j’entendis une voix venant du ciel me dire : – Ecris : Heureux, dès à présent, ceux qui meurent unis au Seigneura. Oui, dit l’Espritb, car ils se reposent de toute la peine qu’ils ont prise, et ils seront récompensésc pour leurs œuvres.

La moisson et la vendange

14 Alors je vis une nuée blanched sur laquelle siégeait quelqu’un qui ressemblait à un fils d’hommee. Il avait sur la tête une couronne d’orf et tenait à la main une faucille bien tranchante.

15 Puis un autre *ange sortit du *Templeg, criant d’une voix forte à celui qui siégeait sur la nuée : – Lance ta faucilleh et moissonne ! Car l’heure est venue de moissonner et la moissoni de la terre est mûre.

16 Celui qui siégeait sur la nuée lança sa faucille sur la terre, et la terre fut moissonnéej.

17 Un autre ange sortit du sanctuaire céleste, tenant lui aussi une faucillek bien tranchante.

18 Puis un autre ange encore, l’ange préposé au feu, quitta l’autell et cria d’une voix forte à celui qui tenait la faucille tranchantem : – Lance ta faucille tranchante et vendange les grappes de la vigne de la terre, car ses raisins sont mûrs.

19 L’ange lança sa faucille sur la terre et vendangea la vignen de la terre. Il versa sa récolte dans le grand pressoir de la colère de Dieuo.

20 On écrasa les raisins dans le pressoirp, hors de la villeq. Le sangr en sortit si abondamment qu’il atteignit la hauteur du mors des chevaux sur une étendue de mille six cents stades.