Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

Actes 27

Le départ pour Rome

1 Quand il fut décidé que nous partirionst en bateau pour l’Italieu, on confia Paul et quelques autres prisonniers à la garde d’un officier du bataillon impérialv, nommé Julius.

2 Nous nous sommes embarqués sur un navire d’Adramytte, qui devait se rendre dans les ports d’Asie mineurew, et nous sommes partis. Nous avions avec nous Aristarquex de *Thessaloniquey en *Macédoinez.

3 Le lendemain, nous avons fait escale à Sidona. Julius, qui témoignait une grande bienveillance à Paulb, lui a permis alors de se rendre chez ses amis pour recevoir leur aidec.

4 Une fois repartis de là, nous avons longé la côte de Chypred pour nous protéger des vents contrairese.

5 Puis nous avons traversé la mer qui baigne la Cilicief et la Pamphylieg, et nous avons débarqué à Myra, en Lycie.

6 Là, l’officier a trouvé un bateau d’Alexandrieh qui était sur le point de partir pour l’Italiea et il nous a fait monter à son bord.

7 Pendant plusieurs jours, nous avons navigué lentement et c’est avec beaucoup de peine que nous sommes parvenus à la hauteur de Cnide. Mais le vent ne nous permettait plus d’avancerb dans cette direction, et nous sommes passés au sud de la Crètec, en doublant le cap Salmoné.

8 Nous avons eu du mal à longer la côte et nous sommes arrivés à un endroit appelé « Beaux Ports », près de la ville de Lasée.

Tempête et naufrage

9 Beaucoup de temps s’était écoulé ainsi, et la navigation devenait dangereuse, car l’époque du grand jeûned d’automne était déjà passée. Alors Paul leur a donné cet avertisse-ment :

10 – Mes amis, je considère que, si nous continuons notre voyage, non seulement la cargaison et le bateau subiront de grands dommages, mais nous-mêmes nous risqueronse notre vie.

11 Mais l’officier romain se fiait plus à l’opinion du pilote et du patron du bateau qu’aux paroles de Paulf.

12 De plus, comme le port ne convenait pas à un hivernage, la majorité a décidé d’en repartir pour gagner, si possible, Phénix, un port de Crèteg orienté vers le sud-ouest et le nord-ouest, et d’y passer l’hiver.

13 Une légère brise du sud s’était levée et ils voyaient déjà leur projet réaliséh. Ils ont donc levé l’ancre et longé la côte de Crète au plus près.

14 Mais peu de temps après, un vent violent comme un typhoni – connu sous le nom d’euraquilon – s’est mis à souffler des hauteurs de l’îlej.

15 Le bateau était entraîné au large : il ne pouvait pas résister au vent et nous avons dû nous laisser emporter à la dérive.

16 Nous avons passé ainsi au sud d’une petite île appelée Cauda. Comme elle nous abritait un peu du vent, nous en avons profité pour nous rendre maîtres du canot de sauvetagek. Nous sommes parvenus, à grand-peine,

17 à le hisser à bord. Puis on a eu recours à des moyens de fortune : on a ceinturé tout le bateau de cordages. Comme on avait peur d’échouerl sur les bancs de sable de la Syrte, on a jeté l’ancre flottante et l’on continuait ainsi à dériver.

18 Le lendemain, comme la tempête n’arrêtait pas de secouer le bateau avec violence, on l’a délestém d’une partie de sa cargaison.

19 Le troisième jour, les matelots ont jeté, de leurs propres mains, tous les agrès du bateau à la mer.

20 Pendant plusieurs jours, on ne voyait plus ni le soleil ni les étoiles. La tempête continuait de faire rage et nous finissions par perdre tout espoir d’en sortir sains et saufsn.

21 Il y avait longtemps qu’on n’avait plus rien mangé. Alors Paul, debout au milieu d’eux, leur a dit : – Mes amis, vous auriez mieux fait de m’écoutero et de ne pas quitter la Crètep. Vous auriez évité tous ces dégâts et toutes ces pertes.

22 Mais maintenant, je vous invite à reprendre courageq, car aucun de vous n’y perdra la vie ; seul le bateau sera perdu.

23 En effet, cette nuit, un *anger du Dieu à qui j’appartienss et que je serst, s’est présenté devant moiu

24 et m’a ditv : « Paul, ne crains rienw ! Il faut que tu comparaisses devant l’empereurx, et Dieu t’accorde la vie sauve pour tous tes compagnonsy de voyage. »

25 Courage donc, mes amisz ! J’ai *confiance en Dieu : tout se passera comme il me l’a dita.

26 Nous devons échouerb quelque part sur une îlec.

27 C’était la quatorzième nuit que nous étions ainsi ballottés sur l’Adriatique quand, vers le milieu de la nuit, les marins ont eu l’impression qu’on approchait d’une terre.

28 Ils ont jeté la sonde et ont découvert que le fond était à trente-sept mètres. Un peu plus loin, ils ont recommencé et trouvé le fond à vingt-huit mètres.

29 Comme ils avaient peur de voir le bateau s’écraser sur quelque récif, ils ont jeté quatre ancres à l’arrière en attendant avec impatience la venue du jour.

30 Alors les marins, qui voulaient s’enfuir du bateau, ont commencé à mettre à la mer le canot de sauvetaged, sous prétexte d’aller amarrer une ancre à l’avant.

31 Mais Paul a dit à l’officier romain et aux soldats : – Attention, si ces hommes ne restent pas à bord, vous ne pourrez plus être sauvése.

32 Alors les soldats ont coupé les cordages retenant le canot et l’ont laissé tomber à la mer.

33 En attendant que le jour paraisse, Paul a encouragé tout le monde à manger : – Voilà quatorze jours, leur a-t-il dit, que vous êtes dans l’attente, sans rien prendre à manger !

34 Je vous encourage donc vivement à prendre de la nourriture maintenant. Vous en avez besoin pour vous tirer de làa. Encore une fois, croyez-moi : aucun de vous ne perdra un cheveu de sa têteb.

35 Après avoir ainsi parlé, il a pris du painc et il a remercié Dieu devant tous ; puis il a rompu le pain et a commencé à manger.

36 Alors tous les autres ont repris couraged et se sont aussi mis à manger.

37 Nous étions en tout deux cent soixante-seize personnes à bord.

38 Une fois rassasiés, ils ont continué à délester le bateau en jetant le reste des provisions de blé à la mere.

39 Mais lorsque le jour était venu, aucun des membres de l’équipage ne reconnaissait l’endroit. Ils entrevoyaient seulement, au fond d’une baie, une plage de sablef. Ils ont alors décidé d’y faire échouer le bateau, si c’était possible.

40 Les matelots ont coupé les câbles des ancresg qu’ils ont abandonnées à la mer ; en même temps, ils ont délié les courroies de deux grandes rames servant de gouvernails et hissé au vent la voile de misaine au mât d’artimon. Ils avaient mis le cap sur la plage

41 quand le bateau a touché un banc de sable battu des deux côtés par la mer et s’y est échoué. L’avant s’est enfoncé dans le sol, s’immobilisant définitivement, tandis que l’arrière commençait à se disloquer sous la violence des vaguesh.

42 Les soldats avaient l’intention de tuer tous les prisonniers, de peur d’en voir s’échapper à la nagei.

43 Mais l’officier désirait sauver Paulj et les a empêché d’exécuter leur projet. Il a donné ordre à ceux qui savaient nager de sauter à l’eau les premiers pour gagner la terre ferme.

44 Les autres suivraient en s’agrippant à des planches ou à des épaves du bateau. C’est ainsi que tous sont arrivés sains et saufsk sur le rivage.