Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

2 Samuel 14

Joab convainc David de faire revenir Absalom

1 Joabh, fils de Tserouya, remarqua que le roi était de nouveau disposé favorablement envers Absalom.

2 Il fit venir de Teqoai une femme habilej à laquelle il dit : – Fais semblant d’être en deuil, je te prie, revêts-toi d’habits de deuil, ne te parfume pas d’huile odorantek, aie bien l’air d’une femme qui depuis longtemps porte le deuil d’un mort.

3 Puis tu te présenteras devant le roi et tu lui répéteras ce que je vais te dire. Joabl lui indiqua exactement ce qu’elle devait dire au roi.

4 La femme de Teqoa alla parler au roi ; elle s’inclina face contre terre, pour se prosterner, et s’écria : – Viens à mon secours, ô roi !

5 – Que veux-tu ? lui demanda le roi. – Hélas ! dit-elle, je suis veuve ; mon mari est mort,

6 et ta servante avait deux fils. Ils se sont disputés dans les champs, il n’y avait personne pour les séparer, si bien que l’un a frappé l’autre et l’a tué.

7 Maintenant, toute ma famille a pris parti contre ta servante, et ils m’ont demandé : « Livre celui qui a frappé son frère. Nous le mettrons à mortm pour le meurtre de son frère. Ainsi, nous supprimerons du même coup l’héritiera ! » De cette manière, ils éteindraient la dernière lueur d’espoir qui me resteb, et le nom et la postérité de mon mari disparaîtraient de la terre.

8 Le roi dit à la femme : – Retourne chez toic ; je donnerai des ordres à ton sujet.

9 La femme de Teqoa lui répondit : – Mon seigneur le roi ! Que la fauted retombe sur moi et sur mon groupe familiale et que le roi et son trône soient hors de causef.

10 Le roi lui dit : – Si quelqu’un te fait des remarques à ce sujet, amène-le vers moi et il te laissera tranquille.

11 La femme répliqua : – Que sa majesté veuille prendre cet engagement au nom de l’Eternel son Dieu, pour que l’homme chargé de punir la mortg de mon fils n’aggrave pas encore le malheur en faisant mourir celui qui me reste. Le roi dit : – Aussi vrai que l’Eternel est vivant, il ne tombera pas à terreh un cheveui de la tête de ton fils !

12 La femme reprit : – Permettras-tu à ta servante de dire encore quelque chose à mon seigneur le roi ? – Parle ! lui dit-il.

13 Et la femme ajouta : – Pourquoi alors as-tu de telles pensées à l’égard du peuple de Dieu ? Car en prononçant cette sentence tout à l’heure, le roi a reconnu qu’il avait tortj de ne pas faire revenir celui qu’il a exilék.

14 Nous devons tous mourirl, notre vie est comme de l’eaum répandue sur le sol et qu’on ne peut plus recueillir si Dieu n’en assure l’être. Mais son dessein n’est pas de tenir loin de lui l’exilén.

15 Maintenant, si je suis venue parler ainsi au roi mon seigneur, c’est parce que l’état du peuple m’a fait peur. Alors ta servante s’est dit : « Je vais parler au roi. Peut-être le roi suivra-t-il le conseil de son humble servante.

16 Peut-être consentira-t-il à protéger sa servante contre l’homme qui voudrait nous supprimer, moi et mon fils, du peuple que Dieu s’est choisi pour qu’il lui appartienneo. »

17 Oui, je me suis dit que la parole du roi mon seigneur serait une parole d’apaisement, car mon seigneur le roi est comme un *angep de Dieu pour discernerq le bien et le mal. Que l’Eternel ton Dieu soit donc avec toi.

18 Le roi dit alors à la femme : – Je vais te poser à mon tour une question. Promets-moi de me répondre sans rien me cacher. La femme lui dit : – Que le roi mon seigneur parle !

19 Le roi reprit : – Ne serait-ce pas Joabr qui est derrière tout cela ? La femme répondit : – Aussi vrai que tu es vivant, ô roi mon seigneur, on ne peut s’écarter ni à droite ni à gauche de tout ce que dit mon seigneur le roi. C’est bien ton serviteur Joab qui m’a chargée de te parler, c’est lui qui a indiqué à ta servante tout ce qu’elle devait dire.

20 Si ton serviteur Joab a agi ainsi, c’est pour donner à cette affaire une autre tournure. Mais mon seigneur possède la sagesses d’un ange de Dieu pour connaître tout ce qui se passe dans le payst.

21 Le roi alla donc parler à Joab et lui dit : – J’ai décidé d’agir comme tu me l’as suggéré : Va chercher le jeune homme Absalom et ramène-le ici !

22 Joab s’inclina face contre terre pour se prosterner et dit au roi : – Dieu te bénisseu, Majesté. Maintenant, je sais que tu es bien disposé à mon égard, ô roi, mon seigneur, puisque le roi accepte de faire ce que son serviteur lui a suggéré.

23 Joab se releva et partit pour Gueshour d’où il ramena Absalom à Jérusalem.

24 Le roi ordonna qu’il se retire dans sa maison et ne paraisse pas en sa présence. Absalom se confina donc chez lui et il ne parut pas en présence du roi.

David accepte de recevoir Absalom

25 Dans tout Israël il n’y avait personne qui fût autant admiré pour sa beauté qu’Absalom ; de la plante du pied au sommet de la tête, il était sans défaut.

26 Chaque année, il se rasait la têtea, car sa chevelure devenait trop pesante. Lorsqu’on lui coupait les cheveux, on les pesait : il y en avait près de deux kilos et demi selon les poids officiels du roi.

27 Absalom eut trois filsb et une fille nommée Tamarc qui devint une très belle femme.

28 Absalom resta deux ans à Jérusalem sans paraître en présence du roi.

29 Après ce temps, il fit appeler Joab pour lui demander de parler au roi ; mais Joab refusa de venir chez lui. Absalom revint à la charge une seconde fois, mais Joab refusa de nouveau.

30 Alors Absalom dit à ses serviteurs : – Vous voyez le champ de Joab à côté du mien, il y a de l’orged ; allez y mettre le feu ! Les serviteurs d’Absalom exécutèrent ses ordres.

31 Alors, Joab se rendit chez Absalom et lui demanda pourquoi ses serviteurs avaient mis le feu à son champe.

32 Absalom lui répondit : – Je t’avais demandé de venir et tu as refusé. Je voulais t’envoyer chez le roi pour lui demander : « Pourquoi m’as-tu fait revenir de Gueshourf ? J’aurais mieux fait d’y rester. » Maintenant, je voudrais être reçu par le roi ; et si je suis coupable, eh bien, qu’il me fasse mourirg !

33 Joab se rendit chez le roi et lui rapporta les paroles de son fils. Alors le roi fit appeler Absalom. Celui-ci se rendit auprès de lui et se prosterna la face contre terre devant lui et le roi l’embrassah.