Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

2 Samuel 1

David apprend la mort de Saül et de Jonathan

1 Saül était déjà morta quand, après avoir battub les Amalécitesc, David rentra à Tsiqlag. Il y passa deux jours,

2 et le troisième jour, un hommed arriva du camp de Saül, les habits déchirés et la tête couverte de poussièree en signe de deuil. Lorsqu’il fut arrivé auprès de David, il se jeta à terref pour se prosterner devant luig.

3 David lui demanda : – D’où viens-tu ? – Je me suis sauvé du camp d’Israël, dit-il.

(1 S 31.1-13 ; 1 Ch 10.1-12)

4 Qu’est-il arrivé ? poursuivit David, raconte-le moi, je t’en prie. – L’armée d’Israël s’est enfuie du champ de bataille, beaucoup d’hommes ont été tués. Même Saül et Jonathan son fils sont morts.

5 David demanda au jeune homme qui lui faisait ce rapport : – Comment sais-tu que Saül et son fils Jonathan sont morts ?

6 Le jeune homme lui dit : – Je me trouvais justement sur le mont Guilboah ; Saül était appuyé sur sa lance, tandis que les chars et les cavaliers allaient l’atteindre.

7 S’étant retourné, il m’a aperçu et m’a appelé. J’ai répondu : « Oui, je viens ! »

8 Alors il m’a demandé : « Qui es-tu ? » J’ai dit : « Je suis un Amalécitei. »

9 Alors il m’a ordonné : « Approche-toi et donne-moi la mortj, car je suis pris d’un malaise bien que je sois encore plein de vie. »

10 Je me suis approché de lui et je lui ai donné un coup mortel parce que je savais qu’il ne survivrait pas à sa défaite. Puis j’ai enlevé la couronnek de sa tête et le bracelet qu’il avait au bras. Les voici, je te les apporte, mon seigneur.

11 Alors David saisit ses vêtements et les déchiral en signe de deuil, et tous ses hommes firent comme lui.

12 Ils prirent le deuil, se lamentèrent et jeûnèrent jusqu’au soir à cause de Saül, de son fils Jonathan et de toute l’armée de l’Eternel et du peuple d’Israël qui avaient péri par l’épée.

13 David dit encore au jeune homme qui lui avait apporté ces nouvelles : – D’où es-tu ? – Je suis le fils d’un immigré amalécitem.

14 Et David lui dit : – Comment as-tu osé tuer de ta main celui à qui l’Eternel avait conféré l’onctionn ?

15 Alors David appela l’un de ses hommes, et lui dit : – Viens et tue-leo ! Le soldat le frappa et il mourutp.

16 David lui dit : – Tu es toi-même responsable de ta mortq, car tu as toi-même déposé contre toi lorsque tu as dit : « C’est moi qui ai mis à mort l’oint de l’Eternel. »

Elégie sur Saül et Jonathan

17 David composa cette complainter sur Saül et son fils Jonathans.

18 Il ordonna de l’enseigner aux descendants de Juda ; c’est la complainte de l’Arc qui est consignée dans le livre du Justet.

19 Ton élite, Israël, | a été transpercée | là-bas sur tes collines. Hélas, ils sont tombésu | tous les vaillants guerriersv !

20 N’allez pas publier | cette nouvelle à Gathw, et ne l’annoncez pas | dans les rues d’Askalonx : les filles philistinesy | se mettraient à chanter, les filles des incirconcis | en sauteraient de joiez.

21 O monts de Guilboaa, qu’il n’y ait ni roséeb | ni pluiec tombant sur vous, qu’il n’y ait sur vos pentes | plus de champs plantureux | d’où viennent des offrandesa, là furent avilis | les boucliers des braves et celui de Saül que l’on n’enduira plus jamais | avec de l’huileb.

22 Ah ! l’arcc de Jonathan | ne reculait jamais sans avoir fait couler | le sangd de ses victimes, | sans avoir transpercé | la graisse des guerriers, et l’épée de Saül | ne revenait jamais | sans avoir accompli | sa tâche avec succès.

23 Saül et Jonathan, | aimés et estimés | pendant toute leur vie, n’ont pas été séparés dans leur mort. Oui, vous étiez tous deux | plus légers que les aiglese et plus forts que les lionsf.

24 O filles d’Israël, | pleurez, pleurez Saül qui vous a revêtues | de pourpre et de parures | et comblées de délices, qui ornait vos habits d’une parure d’org.

25 Hélas, ils sont tombés ces braves | au milieu du combat ! Oui ! Hélas, Jonathan ! | Il a été frappé | à mort sur les collines !

26 Ah ! Jonathanh, mon frèrei, je suis dans la détressej | à cause de ta mort, toi, mon meilleur ami, | qui m’as été si cher ! Ton affection pour moi | m’a été plus précieusek que l’amour d’une femme !

27 Hélas, ils sont tombés | tous ces vaillants guerriers ! Hélas, ils ont péri | ces hommes de combat !