Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

2 Corinthiens 12

1 Faut-il se vanterc ? Cela n’est pas convenable. J’en viendrai cependant à des visions et à des révélationsd du Seigneure.

2 Je connais un homme, un chrétiena, qui, il y a quatorze ansb, a été enlevéc jusqu’au troisième cield – était-ce dans son corps, je ne sais, ou sans son corps, je ne sais, mais Dieu le saite.

3 Je sais seulement que cet homme – dans son corps ou hors de son corps, je ne sais, Dieu le sait –

4 a été enlevéf au paradisg et qu’il a entendu des paroles qu’on ne peut pas répéter parce qu’il n’est pas permis à un homme de les dire.

5 Au sujet d’un tel homme, je me vanterai, mais au sujet de moi-même, je ne me vanterai que de mes faiblessesh.

6 Et pourtant, si je voulais me vanteri, je ne serais pas un insenséj, car je ne dirais que la vérité. Mais je m’en abstiens. Car je désire éviter que l’on se fasse de moi une idée supérieure à ce qu’on peut déduire de mes actes et de mes parolesk.

7 D’ailleurs, parce que ces révélationsl étaient extraordinaires, pour me garder de l’orgueil, Dieu m’a imposé une épreuve qui, telle une échardem, tourmente mon corpsn. Elle me vient de *Satano qui a été chargé de me frapperp pour que je ne sois pas rempli d’orgueil.

8 Au sujet de cette épreuve, j’ai prié par trois fois le Seigneur de l’éloigner de moiq,

9 mais il m’a répondu : « Ma grâcer te suffits, c’est dans la faiblesset que ma puissanceu se manifeste pleinementv. » C’est pourquoi je me vanterai plutôt de mes faiblesses, afin que la puissance du Christ repose sur moiw.

10 Je trouve ainsi ma joiex dans la faiblesse, les insultes, la détressey, les persécutionsz et les angoisses que j’endure pour le Christa. Car c’est lorsque je suis faible que je suis réellement fortb.

Le souci de Paul pour les Corinthiens

11 Voilà que je parle en insenséc, mais vous m’y avez forcé. C’est vous qui auriez dû me recommander, car bien que je ne sois riend, je ne suis en rien inférieur à ces « super-apôtrese ».

12 Les marques qui caractérisent un apôtre ont été produites parmi vous : une persévérance sans faille, des miraclesf, des prodigesg, des actes extraordinaires.

13 En quoi avez-vous été défavorisés par rapport aux autres Eglises ? Tout au plus par le fait que je ne vous ai pas été à chargeh. Pardonnez-moi cette injusticei !

14 Me voici prêt à me rendre chez vousj pour la troisième foisk. Et à nouveau, je ne vous serai pas à charge, car ce ne sont pas vos biens que je recherche, c’est vous-mêmesl. En effet, ce n’est pas aux enfants d’épargner pour leurs parentsa : ce sont les parents qui doivent le faire pour leurs enfantsb.

15 Pour moi, c’est très volontiers que je ferai des dépenses, et que je me dépenserai moi-même tout entier pour vousc. Si je vous aime davantage, devrais-je être moinsd aimé de vous ?

16 Soit, diront certains, je ne vous ai pas été à chargee, mais en malin que je suis, je vous ai pris par ruse.

17 Vous ai-je exploités par l’intermédiaire de l’un ou l’autre de mes envoyésf ?

18 J’ai demandég à *Titeh d’aller chez vous et j’ai envoyé avec lui le frèrei dont j’ai parlé. Tite vous a-t-il exploités ? N’avons-nous pas marché tous deux dans le même esprit ? N’avons-nous pas suivi les mêmes traces ?

19 Vous croyez depuis longtemps que nous cherchons à nous justifier à vos yeuxj. Non, c’est devant Dieuk que nous parlonsl, en accord avec le Christ ; et tout cela, mes chers amism, ne vise qu’à une seule chose : votre croissancen dans la foi.

20 Car, je l’avoue, j’ai peur qu’à mon arrivéeo, je ne vous trouve pas tels que je voudrais, et que vous, de votre côté, vous me trouviez tout autre que vous le souhaitezp. Je crains de découvrir de la discordeq, des jalousies, de la colère, des rivalitésr, des médisancess, des comméragest, de l’orgueilu et des désordresv.

21 Oui, j’ai peur qu’à mon arrivée, Dieu me réserve encore des expériences humiliantes parmi vousw, je crains d’avoir à pleurerx sur plusieurs qui ont péché auparavanty et ne se sont pas détournés de leurs pratiques dégradantes, de la débauchez et de l’inconduite dans lesquelles ils ont vécua.