Opera Biblica, la Bible en Application

web apps, applications web
entrer, connexion
 

2 Corinthiens 10

PAUL DÉFEND SON APOSTOLAT

L’autorité de l’apôtre

1 Moi, Pauld, je suis, paraît-il, « timide » quand je suis présent parmi vous et « hardi » quand je suis absent, loin de vouse. Mais c’est au nom de la douceur et de la bontéf du Christ que je vous adresse cet appel :

2 je vous en prie, ne m’obligez pas, lorsque je serai chez vous, à me montrer « hardig ». Car je compte faire preuve de mon assurance et agir avec « audace » envers certainsh qui jugent notre conduite « trop humainei ».

3 Sans doute, nous sommes des hommesj et nous vivons comme tels, mais nous ne menons pas notre combat d’une manière purement humainek.

4 Car les armes avec lesquelles nous combattonsl ne sont pas simplement humainesm ; elles tiennent leur puissance de Dieun qui les rend capables de renverser des forteresseso. Oui, nous renversons les faux raisonnements

5 ainsi que tout ce qui se dresse prétentieusement contre la connaissance de Dieup, et nous faisons prisonnière toute pensée pour l’amener à obéirq au Christr.

6 Aussi sommes-nous prêts à punir toute désobéissances dès que votre obéissance sera entièret.

7 Regardez donc la réalité en faceu. Si quelqu’un se persuade d’appartenir au Christv, qu’il soit vraiment convaincu de ceci : nous appartenons au Christ, nous aussi, tout autant que luiw !

8 Et même si je me montre un peu trop fier de l’autorité que le Seigneur nous a donnéex pour construirey et non pour renverserz, je n’en rougirai pasa.

9 Car je ne veux pas passer pour quelqu’un qui ne serait capable d’intimider que par des lettres, comme on le prétend :

10 « Ses lettres, dit-on, sont sévères et énergiques, mais lorsqu’il est là, c’est un faibleb et sa parole ne mérite pas l’attentionc. »

11 Que celui qui tient ces propos en soit bien convaincu : nos actes, quand nous serons chez vous, seront conformes à ce que nous vous écrivons dans nos lettres quand nous sommes loin de vous.

12 Certes, nous n’aurions pas l’audace de nous prétendre égaux ou même comparables à certains qui se recommandent eux-mêmesa ! La mesure avec laquelle ils se mesurent, c’est eux-mêmes, et ils ne se comparent à rien d’autre qu’à eux-mêmes. N’est-ce pas là une preuve de leur folieb ?

13 Quant à nous, nous ne nous laisserons pas aller à une fierté démesuréec, mais nous prendrons comme mesure les limites du champ d’action que Dieu nous a confiéd. C’est ainsi que nous nous sommes rendus jusque chez vous.

14 Aussi ne dépassons-nous pas les limites de notre domaine comme si nous n’étions pas arrivés jusqu’à vous. Car nous sommes bien venus chez vous les premierse pour vous annoncer la Bonne Nouvelle du Christf.

15 Nous n’avons donc pas une fierté démesurée comme si nous nous vantions d’un travail accompli par d’autresg. Au contraire, nous gardons l’espoir qu’avec les progrès de votre foi, notre œuvre grandirah de plus en plus parmi vous, dans les limitesi de notre champ d’actionj.

16 Nous pourrons ainsi annoncer la Bonne Nouvellek dans les régions situées au-delà de chez vousl, sans nous vanter du travail accompli par d’autresm dans leur propre champ d’action.

17 Si quelqu’un veut éprouver de la fierté, qu’il place sa fierté dans le Seigneurn, déclare l’Ecriture.

18 Ainsi, celui qui est approuvé, ce n’est pas l’homme qui se recommande lui-mêmeo, mais celui que le Seigneur recommandep.